Gestion des ressources en eau et sensibilisation

Description succincte du projet

Désignation: Gestion intégrée des ressources en eau II (GIRE II)
Commettant: Ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays: Tunisie
Organisme de tutelle: Ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche (MARHP)
Durée totale: 2016 à 2019

GIZ/ AGIRE : Concours inter-écoles

Situation initiale

En Tunisie, l’eau est une ressource limitée et sa disponibilité naturelle fluctue de manière importante. En outre, les besoins en eau augmentent continuellement et l’agriculture mobilise 80 % des ressources en eau. En Tunisie, on utilise traditionnellement les eaux de surface. Comme ces dernières ne permettent pas de satisfaire la demande, on a de plus en plus recours à la nappe phréatique, dont le niveau baisse. Cette baisse va jusqu’à deux mètres par an dans certaines régions. La population n’est pas assez consciente de la gravité de la situation des ressources en eau.

Objectif

Tous les acteurs concernés des secteurs public et privé et de la société civile contribuent à une meilleure gestion des ressources en eau dans le centre de la Tunisie.

GIZ/ AGIRE : Signature de la charte lors du Forum de l’eau

Approche

Le projet contribue à la réduction des besoins en eau en encourageant la population tunisienne à adopter un comportement responsable. Le partenaire au niveau national est le bureau de planification et des équilibres hydrauliques (BPEH) du ministère de l’Agriculture. La Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH accompagne les actions du ministère au plan stratégique et juridique (stratégie nationale de l’eau, remaniement du tribunal arbitral dans le secteur de l’eau). Un autre domaine d’activité est le renforcement des services proposés aux groupes d’utilisateurs de l’eau par des prestataires privés.

En outre, le projet appuie la sensibilisation de la population et accompagne la campagne nationale d’information. Les femmes et les jeunes jouent un rôle déterminant dans les actions de sensibilisation. 
 

GIZ/ AGIRE : Outils de gestion de l’eau

Résultats

Au niveau local, le projet a contribué à une amélioration de la gestion des conflits liés à l’eau dans la région de Sbikha-Kairouan : plus de 600 personnes ont participé à des actions et adopté les principes essentiels d’une gestion durable des ressources en eau. Ces principes ont été inscrits dans une charte. En outre, vingt-et-un agents de l’administration et représentants du secteur privé ont été formés à la gestion des conflits, aux négociations et à l’arbitrage dans le secteur de l’eau.

Plus de 2 500 personnes ont participé à des journées de sensibilisation (Journée mondiale de l’eau, journée d’information sur les nouvelles techniques d’irrigation). Des activités artistiques organisées sur le thème de l’eau dans quinze écoles ont touché 500 enfants et leurs familles. Cinquante « ambassadrices et ambassadeurs de l’eau » informent et invitent leurs proches et leurs voisins à utiliser l’eau de manière plus efficace.

Une quarantaine de jeunes ont été formés à la maintenance et à la réparation des systèmes d’irrigation, Ils ont reçu l’outillage nécessaire et proposent leurs services aux coopératives paysannes. Cela a eu un impact positif sur le marché de l’emploi. En outre, le projet a appuyé l’installation de matériel économisant l’eau dans les écoles et les structures religieuses.

En 2016, la GIZ a accompagné un dialogue entre des utilisateurs, des administrations régionales et locales et la société civile en Tunisie centrale, une région très pauvre en ressources en eau. Ce Forum régional de l’eau a réuni 80 responsables élus, plus de 400 usagers de l’eau et environ 200 agents de l’administration. Il a débouché sur un plan d’action avec des principes commun et des mesures concrètes de gestion de l’eau, afin de garantir les ressources en eau pour les générations futures. Le plan d’action a déjà donné des résultats positifs qui lui sont attribuables : malgré la sécheresse et la pénurie d’eau en 2017, il n’y a pas eu de conflits sociaux.