Bonne gouvernance

Brève description du projet

Désignation : Appui aux processus de réforme dans les domaines des finances publiques et de la décentralisation en Mauritanie
Commettant : Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays : Mauritanie
Organisme de tutelle : Ministère de l’Economie et des Finances (MEF)
Durée totale : de 2014 à 2017

Mauritanie. Réunion du maire et conseil municipal à Legrane  © GIZ

Situation initiale

Au cours des dernières années, le gouvernement mauritanien a adopté dans le domaine des finances publiques et de la décentralisation toute une série de stratégies et plans d’action différents pour promouvoir la mise en place d’une politique transparente et proche du citoyen. Malgré tout, la mise en œuvre des réformes ne progresse que lentement. Les institutions en charge des finances publiques ne coopèrent pas encore assez étroitement entre elles pour assurer une mise en œuvre efficiente des réformes. D’importants acteurs au sein du système gouvernemental et administratif mauritanien n’ont pas les capacités d’action indispensables pour mener une politique transparente et proche du citoyen. La population ne connaît pas encore suffisamment ses droits en termes de participation citoyenne et de redevabilité de l’État envers les citoyens pour pouvoir faire valoir ces droits de manière efficace.

Objectif

La capacité d’acteurs stratégiques de mener une action administrative proche du citoyen, transparente et responsable au niveau national et communal est renforcée.

Mauritanie. Campagne de sensibilisation des élèves de l’anti-corruption et la transparence aux écoles à Nouakchott © GIZ

Approche

Sur mandat du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ), le projet appuie la réforme des finances publiques et la mise en œuvre de la réforme de la décentralisation. Il est cofinancé par l’Union européenne.

Dans le domaine des finances publiques, le projet prête appui au ministère des Finances pour la mise en place d’un système de gestion des recettes et dépenses publiques. Par un appui-conseil en gestion de processus et en organisation, un maillage avec d’autres institutions et le perfectionnement d’acteurs centraux, le projet aide à optimiser les processus, promeut les échanges d’informations et dynamise ainsi le processus de réforme. Le projet accompagne également la mise en œuvre de l’Initiative pour la Transparence des Industries extractives (ITIE) au niveau national.

Dans le domaine de la décentralisation, le projet se concentre sur l’appui au ministère de l’Intérieur et aux communes pour l’introduction d’un système national pour la qualification de notables et élus locaux. Cette formation initiale et continue aide les responsables communaux à exercer correctement leurs fonctions et à instaurer une culture politique transparente et proche du citoyen.

En outre, le projet soutient la mise en place d’une plate-forme informatique qui réunit les informations et les chiffres clés sur la situation administrative, économique et sociale des municipalités et les rend accessibles aux municipalités elles-mêmes, aux services gouvernementaux, aux journalistes et au grand public.

Des organisations de la société civile bénéficient d’un appui devant leur permettre de développer et diffuser des contributions pour informer la population sur ses droits et ses possibilités de participation. On veut parvenir ainsi à une administration transparente et proche des citoyens de même qu’à une plus forte participation des femmes à la vie politique.

Résultats

Dans le domaine des finances publiques, le projet a aidé à faire en sorte que les institutions de gestion des finances publiques soient mieux à même de coordonner leurs tâches et de présenter leur action sous une forme plus transparente. Les principes de transparence et de responsabilité sont mieux respectés dans la passation des marchés publics et l’utilisation des recettes issues des ressources extractives (rapport annuel ITIE).

Avec le soutien du projet, le gouvernement mauritanien a identifié des possibilités d’augmenter les recettes publiques. L’introduction de systèmes informatiques modernes, l’actualisation des lois et l’adaptation graduelle des systèmes de contrôle interne aux normes internationales en la matière permettront d’accroître l’efficience des processus de planification et de gestion des fonds publics.

La participation de la population a aussi été renforcée. Grâce à la publication d’informations sur le budget de l’État sur le site Internet du Trésor public, les citoyennes et citoyens ont plus aisément accès aux informations budgétaires et financières officielles et aux rapports d’activité des institutions en charge de la gestion des finances publiques. En ce qui concerne le contrôle de l’action administrative et la lutte contre la corruption, les citoyen(ne)s ont la possibilité de s’impliquer par exemple au travers de débats et de forums de discussion avec des représentants du secteur public et du secteur privé.

Mauritanie.   Formation pour les élus et fonctionnaires locaux © GIZ

Dans le domaine de la décentralisation, le projet a élaboré d’importantes bases conceptuelles et institutionnelles pour le système national de formation destiné aux fonctionnaires et aux élus : les besoins de qualification ont été identifiés, les programmes d’études ont été élaborés et accrédités, des outils pédagogiques ont été développés et des enseignants ont été formés. Quelque 500 maires et employés municipaux ont déjà été formés sur la base du nouveau système. Les citoyennes et citoyens ont de plus larges possibilités de participation aux prises de décision politiques au niveau communal, et la participation de la population aux élections s’est accrue. La proportion de femmes parmi les acteurs de la vie politique et administrative a augmenté, et des groupements de femmes locaux prennent une part plus active à la vie politique communale.

Other Languages

Downloads / Téléchargements

Further Information / Autres Informations

Videos / Vidéos