Conseil macroéconomique pour la lutte contre la pauvreté dans le cadre de l’Agenda 2030

Description succincte du projet

Designation : Appui-conseil macroéconomique pour la réduction de la pauvreté dans le contexte de l’Agenda 2030
Commettant : Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays : République du Bénin
Organisme de tutelle : Ministère de l’Economie et des Finances (MEF), Ministère du Plan et du Développement (MPD)
Durée globale : de 2017 à 2020

ACMERP_BD_26

Situation initiale

La République du Bénin fait partie des pays les plus pauvres et les moins développés du monde. Selon l’Institut national de la statistique et de l’analyse économique, quelque 40 % de la population, qui compte 10,6 millions d’habitants, vivent sous le seuil de pauvreté. Selon des estimations du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), le pourcentage de pauvres atteindrait 64 %. 

Par ailleurs, le système budgétaire et fiscal du Bénin n’affiche pas un niveau de transparence suffisant. La transposition dans la gestion financière nationale des directives de l’Union économique et monétaire ouest-africaine laisse encore à désirer. Depuis 2018, le Bénin compte parmi les pays membres de l’initiative du G20 « Compact with Africa », dont la vocation est de soutenir l’investissement privé en Afrique. Toutefois, les conditions restent pour l’heure peu favorables aux investissements publics et privés. La politique de développement du pays doit faire face à ces défis majeurs. Les tâches principales auxquelles le gouvernement du Bénin doit s’atteler résident dans la lutte contre la pauvreté ainsi que dans la mise en œuvre des objectifs de développement définis dans l’Agenda 2030. Or, le processus de développement s’annonce complexe, le gouvernement devant coordonner un grand nombre d’acteurs.

Objectif

Les capacités des acteurs de la politique économique du Bénin, qui gèrent les processus de réduction de la pauvreté, se sont améliorées.

ACMERP_BD_12

Approche

Le projet renforce les compétences en matière de lutte contre la pauvreté des deux ministères partenaires des finances et du plan. Ces deux acteurs de la politique économique pilotent les processus correspondants initiés dans le pays. Le projet est rattaché à des positions clés de la politique et de la planification du développement économique du Bénin. Il peut de ce fait prêter son soutien à des processus centraux, tels que la conception et la mise en œuvre des réformes de politique économique.

Au plan technique, le projet coopère avec les divisions concernées dans quatre domaines clés :  la planification et la cohérence, les finances publiques, les statistiques et la modélisation macroéconomique. La mise au point d’un instrument d’analyse servant à ancrer les objectifs de développement dans la planification budgétaire du pays fait partie des premiers résultats obtenus. Par ailleurs, un système de suivi ayant pour fonction de surveiller à long terme les indicateurs pertinents a été mis en place. Le projet apporte un appui méthodologique à l’Institut national de la statistique pour la collecte des données nécessaires à la mise en œuvre des objectifs de développement. En adhérant à l’initiative Compact with Africa, le Bénin s’est également vu doter d’un outil d’évaluation des coûts dans le but d’améliorer les investissements publics. Une vue d’ensemble des flux d’investissement, ventilés selon la thématique et la source, a été dressée.

Résultats

  • 40 % des indicateurs de développement pertinents sont désormais alimentés en données par de nouveaux mécanismes de collecte, alors qu’auparavant  aucune donnée n’était recueillie.
  • Pour la première fois depuis 2000, le retard accumulé dans l’élaboration des comptes nationaux a été comblé. Le projet a pour cela coopéré avec 15 cabinets d’expertise comptable et organisé 10 ateliers de synthèse.
  • À l’avenir, des stratégies et processus permettant de définir les dépenses sociales prioritaires s’inscriront en soutien du mécanisme de redistribution en faveur des couches pauvres de la population.
  • Neuf nouvelles études ont permis d’améliorer sensiblement la connaissance du contexte économique ainsi que la qualité de données macroéconomiques clés. C’est sur ce socle qu’a été élaborée la stratégie nationale de développement pour la période 2018 à 2025. 
  • Un instrument d’évaluation des coûts des projets a été mis en place dans le but d’améliorer les investissements publics.
  • Grâce à l’engagement de l’initiative de « budgétisation sensible au genre », les thèmes de la parité et de l’inclusion sont aujourd’hui intégrés au processus budgétaire de six ministères. 
  • Selon l’indicateur des capacités statistiques, les capacités statistiques du Bénin sont passées d’environ 58 % à 75,6 % entre 2012 et 2018. Cette amélioration constitue une base plus solide pour les analyses et les prévisions économiques.
  • Selon l’Indice du budget ouvert, la transparence budgétaire a progressé d’un point entre 2012 et 2015 et est passé à 45 sur un maximum de 100 points.
ACMERP_BD_4