Innovation, emploi et développement économique régional

Description succincte du projet

Désignation : Innovation, emploi et développement économique régional (IDEE)
Commettant : Ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays : Tunisie
Organisme de tutelle : Ministère de l’Industrie, des Mines et de l’Énergie
Durée totale : 2015-2017

Situation initiale

Le modèle de développement mis en œuvre par la Tunisie depuis quelques dizaines d’années était fondé sur une industrialisation tirée par des exportations bénéficiant du faible coût de la main-d’œuvre, d’incitations aux investissements et de la proximité du marché européen. La sous-traitance et les industries manufacturières se sont surtout développées dans les régions côtières, ce qui a entraîné une division économique et sociale du pays, entre des régions dynamiques sur le littoral et des régions négligées, à la structure économique peu diversifiée, à l’intérieur du pays. Parallèlement, la modernisation des secteurs exportateurs a été négligée. Dans pratiquement tous les secteurs de l’économie, la création de valeur est faible. En outre, les régions rurales n’ont pas de perspectives. Le fort taux de chômage entraîne de fait une émigration élevée.

La création d’emplois, surtout pour les jeunes, et la lutte contre les déséquilibres économiques et sociaux entre les régions font partie des priorités du gouvernement tunisien. Pour y parvenir, il faut dynamiser les secteurs à haute intensité de main-d’œuvre, promouvoir le développement économique des régions, améliorer l’environnement général, augmenter l’employabilité des jeunes et rendre le marché de l’emploi plus opérationnel.

Le plan Jasmin, le plan de développement économique et social élaboré pour la période 2012-2016, pose le cadre général nécessaire, mais il ne vise que le court et moyen terme. Ses objectifs, qui sont aussi ceux d’autres stratégies, sont une croissance inclusive, la transformation de la structure économique par une promotion renforcée de la recherche et de la technologie, une intégration renforcée à l’économie mondiale, également dans le cadre d’échanges Sud-Sud plus intenses, l’amélioration du système éducatif et l’instauration d’un contexte favorable.

Objectif

Les conditions d’une croissance fortement génératrice d’emplois dans des régions, chaînes de valeur et secteurs d’activité sélectionnés sont améliorées.

Approche

La GIZ s’emploie, de concert avec le ministère tunisien partenaire, à lutter contre les obstacles au développement : il s’agit de développer les potentiels existants dans les régions de l’intérieur et de moderniser les centres industriels et tertiaires du pays, en particulier en facilitant la mobilité et les échanges entre les régions. Le projet apporte d’une part un soutien à l’employabilité des diplômés de l’université et renforce d’autre part les compétences des entreprises en matière de planification, de développement et de gestion des ressources humaines.

La GIZ suit une approche pluri-niveaux associant l’amélioration de l’environnement général et le renforcement des organismes de financement pertinents et ce, également au niveau régional. Les entreprises d’un certain nombre de chaînes de valeur (il s’agit actuellement des secteurs de l’huile d’olive, de la chaussure et de la maroquinerie, du marbre, des dattes et des produits du palmier ainsi que du plâtre) reçoivent un conseil pour la mise en place de méthodes de gestion modernes. Les médiateurs, comme les associations et les consultants en entreprise, sont associés aux activités du projet.

Le projet comprend quatre champs d’action :

  1. conseil politique et stratégique en vue d’améliorer l’environnement économique général au niveau national et régional ;
  2. promotion de certaines chaînes de valeur sur la base des potentiels économiques dans les régions de l’intérieur ;
  3. mise en place de nouvelles méthodes de gestion et de produits et processus innovants dans certains secteurs d’activité ;
  4. orientation professionnelle dans l’enseignement supérieur.

Les mesures améliorent les conditions d’une croissance fortement génératrice d’emplois dans les régions et secteurs d’activité choisis.