Adaptation de l’agriculture au changement climatique (PACC)

Description succincte du projet

Désignation : Adaptation de l’agriculture au changement climatique (PACC)
Commettant : Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays : Bénin
Organisme de tutelle : Ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche (MAEP)
Durée totale : de 2014 à 2019

Situation initiale

Dans le nord du Bénin, les paysans pratiquent essentiellement l’agriculture pluviale. Seuls environ 0,5 % des terres en agriculture pluviale ou irriguée dans les bas-fonds sont aménagées. Les pronostics climatiques pour la région prévoient une amplification des précipitations extrêmes et des périodes de sécheresse de même qu’une plus grande variabilité intrasaisonnière des pluies. Les effets négatifs du changement climatique dans le nord du Bénin sont encore accentués par une gestion non durable des ressources naturelles et font peser un risque sur la production agricole. Les rendements et le niveau de sécurité alimentaire en découlant pour la population sont menacés.

Afin d’accroître la productivité agricole et de préserver les écosystèmes, la stratégie béninoise de développement agricole vise donc à améliorer la gestion durable des ressources – notamment l’eau et la terre - en tenant compte des effets du changement climatique.

Objectif

L'adaptation de l'agriculture au changement climatique par la gestion durable des ressources naturelles, notamment des eaux pluviales et des sols, est améliorée dans les zones vulnérables au changement climatique dans le Nord Bénin.

Approche

Le projet est mis en œuvre dans trois communes riveraines du Parc national de la Pendjari et du Parc national du W dans le nord du Bénin, qui sont particulièrement touchées par les effets du changement climatique. Il se concentre sur les champs d’action ci-après :

  1. Les procédures standardisées d’identification de besoin et de priorisation des mesures d'adaptation au changement climatique dans les bassins versants vulnérables sont appliquées.
  2. Les investissements dans les infrastructures d’irrigation ainsi que la gestion durable de l’eau et des terres dans les bassins versants sont mieux adaptés aux effets du changement climatique.
  3. Des acteurs et décideurs mettent en valeur les connaissances et acquis disponibles pour une gestion durable des zones particulièrement touchées par le changement climatique.

Des appui-conseils et des formations mettent les acteurs (organisations partenaires publiques, administrations communales, secteur privé, société civile, producteurs locaux) en capacité de planifier et de mettre en œuvre des mesures tenant compte des enjeux climatiques, de manière à assurer une gestion durable des bassins versants. Les mesures sont mises en œuvre au niveau régional, communal et national. Dans ce contexte, les femmes et les groupes marginalisés sont associés de manière cohérente et active aux processus de planification et de décision, de sorte que leurs intérêts soient pris en compte.

Le projet a pour effet d’améliorer la résilience des systèmes agropastoraux et des exploitations agricoles des bassins versants face au changement climatique. De surcroît, grâce à la mise en œuvre des règles de protection et d’exploitation définies dans les plans de gestion, la pression qui s’exerce sur les ressources naturelles des parcs nationaux avoisinants tend à diminuer. Par conséquence, le projet contribue également à préserver la biodiversité de la région.

Le projet est mis en œuvre par le GFA Consulting Group avec des personnels nationaux et internationaux.