Initiative allemande pour les technologies favorables au climat (DKTI I)

Description succincte du projet

Designation : Initiative allemande pour les technologies favorables au climat (DKTI I)
Commettant : Ministère fédéral allemand de l’Environnement, de la Protection de la Nature, de la Construction et de la Sûreté nucléaire (BMUB) ; ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays : Maroc
Organisme de tutelle politique : Ministère de l’Énergie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement (MEMEE)
Durée totale : 2013 à 2017

Situation initiale

Le Maroc a, en 2009, adopté une stratégie nationale de l’énergie dont la mise en œuvre doit être finalisée d’ici 2020. L’objectif de cette stratégie est de développer les énergies renouvelables et d’améliorer l’efficacité énergétique de manière à atténuer la dépendance du pays des importations d’énergies fossiles et à réduire sensiblement les émissions de dioxyde de carbone et de méthane.

Il s’agit, face à une demande en forte croissance, d’assurer sur le long terme un approvisionnement énergétique durable. Avec l’énergie éolienne, la promotion de l’énergie solaire est l’un des principaux axes de la stratégie énergétique du Maroc. L’Initiative allemande pour les technologies favorables au climat (Deutsche Klimatechnologieinitiative, DKTI) promeut l’intensification de la recherche, du développement et de la formation professionnelle, et soutient des entreprises du secteur ainsi que l’économie locale sur les sites des installations.

Objectif

Les bases de connaissances et de compétences pour des technologies respectueuses du climat dans le domaine des énergies renouvelables sont renforcées dans les entreprises, les institutions de recherche et le secteur de la formation et de l’emploi au Maroc.

Démarche

Depuis octobre 2013, le projet DKTI-I apporte des contributions efficaces dans trois composantes distinctes :

Promotion du secteur privé. Le projet met à disposition des informations et des modules de formation continue concernant les technologies solaires, les possibilités de coopération et les marchés internationaux. En étroite collaborations avec les organisations professionnelles du secteur privé, un réseau de coaching soutenu par ces fédérations a été mis en place. Des réseaux d’information internationaux et nationaux continuent de se développer, et les conditions nécessaires pour promouvoir les entreprises dans le secteur de l’énergie sont améliorées.

Formation professionnelle. La mise en place d’Instituts de formation aux métiers des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (IFMEREE) est soutenue d’un point de vue didactique, technique et organisationnel. Le projet finance l’équipement de l’atelier d’énergie solaire et d’autres ateliers d’apprentissage au centre de formation professionnelle d’Oujda, le premier mis en place sur un total de trois prévus. Le projet soutient par ailleurs la mise sur pied d’un partenariat entre IFMEREE S.A. et un institut allemand de formation en énergie solaire ayant pour but d’approfondir les échanges d’expériences et les transferts de connaissances. Des programmes de formation continue sur les technologies solaires et d’autres thèmes comme l’énergie éolienne, le biogaz et l’efficacité énergétique sont développés et mis en œuvre.

Recherche dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. D’importants acteurs tels que le ministère marocain de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des Cadres, l’Agence marocaine de l’Énergie so-laire, des universités et d’autres entités bénéficient de conseils et d’actions de formation afin d’être en mesure d’élaborer une stratégie de recherche et de développement en phase avec l’état actuel de la recherche. Cela implique notamment une activité de conseil sur des réglementations efficientes pour la promotion des sciences et la participation à des appels d’offres internationaux. Le projet déploie en outre une activité de conseil pour la participation à des programmes de recherche internationaux et à des investissements dans des équipements pour la recherche universitaire. L’opérationnalisation de la plateforme d’essais de systèmes solaires est complétée par des prestations de conseil, des programmes de formation, des échanges avec d’autres plateformes d’essais et par un financement partiel des équipements de laboratoire. Ces activités font intervenir des équipementiers allemands et incluent une formation à des techniques spécifiques, y compris la mise en place de normes d’essai.

Résultats

Dans le cadre d’un cluster solaire, le projet DKTI-I permet d’ores et déjà à onze entreprises marocaines performantes de cerner très tôt les potentialités du marché et de développer et proposer des produits et services compétitifs. Les entreprises renforcent ainsi leur capacité d’innovation et sont mieux à même de prendre une part active au développement du marché solaire marocain.

Autres informations