Appui à la décentralisation et à la lutte contre la pauvreté

Brève description du projet

Intitulé : Programme d’appui à la décentralisation et à la lutte contre la pauvreté
Commettant : Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays : Burundi
Tutelle politique : Ministère du Développement communal
Durée totale : 2011 à 2014

Situation initiale

Après la fin de la guerre civile en 2000, la décentralisation est devenue une priorité majeure de la politique de réforme au Burundi. Le transfert des processus de décision de l’État central au niveau local aura pour effet de renforcer la participation des citoyens au développement local. Cette implication doit servir de base à une coexistence stable et à un développement social et économique durable dans ce pays marqué par la pauvreté.

Malgré de nombreuses avancées positives, de nombreux problèmes subsistent. Le ministère du Développement communal n’est pas encore en mesure d’assurer un pilotage satisfaisant des processus politiques, ni de créer les conditions juridiques et institutionnelles nécessaires. De plus, le personnel en charge de la décentralisation au niveau communal a généralement peu d’expérience et est insuffisamment formé à cette tâche. En outre, les communes manquent de ressources financières pour fournir aux citoyens les services de proximité dont ils ont besoin ainsi que des prestations adéquates dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’approvisionnement en eau potable.

Objectif

Les communes du Burundi fournissent de meilleurs services à leurs citoyens.

Approche

Pour atteindre cet objectif de développement, la GIZ prête conseil à des acteurs importants dans le secteur de la décentralisation, par exemple au ministère du Développement communal, aux administrations provinciales et aux communes. Elle met particulièrement l’accent sur le renforcement des capacités institutionnelles des différents acteurs ainsi que sur l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies concrètes et efficaces.

La GIZ conseille le ministère du Développement communal au niveau de l’élaboration et de l’application d’un programme national de formation initiale et continue pour les employés de l’administration publique. En même temps, des stratégies locales sont élaborées en coopération avec les 17 communes des deux provinces pilotes de Gitega et Mwaro, afin d’augmenter, d’une part, les rentrées financières des communes et de renforcer, d’autre part, la transparence et la responsabilité dans la gestion de leurs dépenses.

La prestation de conseils à des filières de production locales, telles que les bananes, les pommes de terre et le lait, vise à renforcer le potentiel économique local et à jeter les bases pour la croissance économique dans les communes.

Dans le cadre de l’Initiative Energising Development (énergiser le développement - EnDev), dont la mise en œuvre est soutenue par les gouvernements néerlandais et allemand, la GIZ facilite l’accès à l’énergie des ménages ruraux et des infrastructures communales.

Résultats atteints à ce jour

Les enquêtes annuelles menées par la GIZ dans les provinces de Gitega et Mwaro montrent que la satisfaction de la population à l’égard des services de l’administration locale a nettement augmenté et est passée d’environ 35 pour cent (en 2010) à près de 64 pour cent (en 2012).

Les revenus propres des 17 communes participant au programme ont augmenté de 50 pour cent en moyenne. Disposant de ressources financières plus importantes, les communes peuvent, par exemple, employer davantage de personnel administratif et promouvoir l’application de leurs plans de développement.

Les petites exploitations agricoles qui ont bénéficié de conseils dans le cadre de de la promotion de l’économie locale ont pu augmenter sensiblement leur productivité et créer ainsi de nouveaux emplois. Le nombre des travailleurs saisonniers externes employés à Gitega et Mwaro a décuplé de 2011 à 2012.

Burundi. Bâtiment d’une administration communale. © GIZ

Dans le cadre de l’Initiative EnDev, 122 stations solaires multifonctionnelles ont été installées durant l’année 2013. Celles-ci permettent, par exemple, de recharger des batteries et des téléphones mobiles et de faire fonctionner des salons de coiffure, même dans des zones reculées. Plus de 5 000 ménages ruraux utilisent des lampes solaires et 4 000 fourneaux à charbon économes en énergie ont été distribués.