Eau de bonne qualité, accessible à tous

Description succincte du projet

Désignation : Programme Eau et Assainissement
Commettant : Ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays : Bénin
Organisme de tutelle :Ministère de l’Eau et des Mines (MEM), Ministère de la Santé (MS)
Durée globale : de 2017 à 2020

Situation initiale

Au Bénin, environ la moitié de la population n'avait toujours pas accès à de l'eau potable en 2017: 45% en milieu urbain et 58% en milieu rural. L’approvisionnement en eau dans les communes est en partie limité. Les revenus générés par les redevances d’eau ne couvrent pas les coûts de production. L’installation de pompes doseuses de chloration de l’eau pour le traitement hygiénique de l'eau fait souvent défaut. Lors du transport entre le point de puisage et le stockage à la maison, la qualité de l'eau se détériore davantage.

Il n’y a que des informations incomplètes sur la quantité de l’eau et sa qualité disponible dans les bassins versants des principaux sous-bassins Pendjari et Mékrou. Une stratégie/des plans pour la gestion des réserves d’eau dans la région est inexistante.

S'y ajoute, l’aggravation de la pénurie d’eau causée par le changement climatique dans ces régions déjà arides. Cela met en danger l'agriculture et donc la sécurité alimentaire

Objectif

L’accès équitable et durable de la population, en particulier des défavorisés aux services d’AEP et d’assainissement est amélioré

Approche

Pour une qualité de l‘eau améliorée depuis la fontaine jusqu’au point de puisage, le Programme Eau et Assainissement appuie certaines communes pour l’installation de 320 pompes doseuses automatiques de chloration. En outre, la GIZ et ses partenaires soutiennent les initiatives de renforcement des capacités du personnel pour la gestion des Adductions en Eau Potable (AEV).

Le Programme a mis en place le Test-Eau-GIZ, un test simple, basé sur la couleur, de contrôle de la qualité de l’eau. D’un coup d'œil, les ménages peuvent analyser et maintenir avec ce test la qualité de l’eau entre le point de puisage et le stockage à la maison – par exemple en nettoyant leurs récipients d’eau.

Pour une gestion améliorée de l’approvisionnement en eau potable en milieu rural, un outil simple a été développé pour enregistrer des données sur le fonctionnement des AEV ainsi que sur les coûts et revenus de leur exploitation. L’outil est actuellement testé dans 16 communes.

Afin de mieux suivre les ressources en eaux existantes dans les deux bassins versants, l'équipement technique de l'autorité compétente sera complété et son personnel formé. Grâce à l’existence des informations plus fiables, il est possible de livrer des données précises sur la quantité disponible et d'élaborer des plans pratiques pour la gestion de la ressource.

Par ailleurs, l'utilisation de variétés de riz locales exigeant moins d’eau et les champs de démonstration sont en cours d’expérimentation dans les communes bassins de la Pendjari et du Mékrou afin de montrer à la population et aux autorités communales la relation entre changement climatique, eau et sécurité alimentaire.

Impacts:

En octobre 2018, 184 pompes doseuses de chloration sont installées pour approvisionner environ 680.000 personnes en eau potable.
Une première campagne de sensibilisation a permis d’améliorer la qualité de l’eau potable dans 238 ménages sur 1.400 grâce au Test-Eau-GIZ.

L'utilisation des variétés de riz local a augmenté les rendements de riz dans les champs des agriculteurs participants d'environ 17 pour cent en 2017, passant de 1,60 à 1,77 tonnes par hectare.

autre langue