Protection et Réhabilitation des sols pour améliorer la sécurité alimentaire

Description succincte du projet

Designacion : Programme Protection et Réhabilitation des sols pour améliorer la sécurité alimentaire
Commettant : Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays : Suprarégional : Bénin, Burkina Faso, Éthiopie, Inde, Kenya
Organisme de tutelle : Diffère selon le pays ; le plus souvent le ministère de l’Agriculture
Durée totale : de 2014 à 2017

Situation initiale

Les sols constituent une ressource non renouvelable et non extensible. Une surexploitation ou une exploitation inadéquate des terres les expose à des pertes d’éléments nutritifs, à l’érosion et à d’autres formes de dégradation. Le changement climatique renforce cette dynamique, par ex. en multipliant les périodes de sécheresse ou les pluies torrentielles dans certaines régions du monde. Chaque année, environ six millions d’hectares de terres se dégradent ainsi à travers le monde, ce qui correspond à peu près à deux fois la superficie de la Belgique. Cela se traduit concrètement par une baisse de la productivité des sols, de sorte que les surfaces agricoles utiles ne cessent de diminuer. Or, dans le même temps, le nombre de personnes à nourrir augmente. Cela induit une énorme pression sur les terres agricoles et pastorales qui subsistent encore.

Ce sont avant tout les petit(e)s exploitant(e)s agricoles des pays en développement qui subissent directement les conséquences de cette évolution, car la dégradation des sols a des répercussions directes sur leurs revenus et leur alimentation. Alors qu’il y a une dizaine d’années encore, une famille pouvait peut-être planter trois hectares de manioc, cette surface agricole peut aujourd’hui avoir diminué de moitié, ainsi que la récolte bien évidemment.

Malgré cela, la protection des sols ne suscite pas l’attention nécessaire dans bon nombre de pays. Bien souvent, les institutions politiques n’abordent pas cette thématique sous le bon angle. On déplore par ailleurs un manque d’incitations économiques pour les entreprises ou les petit(e)s exploitant(e)s agricoles, qui leur permettraient d’exploiter les terres sous une forme durable, sans porter atteinte à l’intégrité des ressources naturelles et de l’environnement. Il existe déjà dans la pratique des exemples de gestion durable des terroirs mettant en œuvre des technologies éprouvées, mais leur diffusion s’avère hélas difficile. Il manque donc aux petits paysans les connaissances ou l’argent nécessaire, et parfois même les deux, pour pouvoir utiliser dans leurs petites exploitations des méthodes culturales respectueuses de la conservation des sols. Les services de vulgarisation agricole qui existent dans de nombreux pays en développement sont techniquement mal équipés, et les acteurs responsables sont souvent trop peu formés pour pouvoir diffuser les connaissances nécessaires en matière de réhabilitation et de conservation des sols.

De façon similaire, l’accès aux intrants agricoles est un problème dans de nombreuses régions rurales. Dans bien des cas, d’importants investissements sont nécessaires pour pouvoir à nouveau exploiter les terres dégradées. Or le plus souvent, ni les agriculteurs et leurs exploitations agricoles ni les différents gouvernements concernés ne sont dotés des ressources financières nécessaires à cet effet.

Objectif

Des approches durables visant à promouvoir la protection des sols et la réhabilitation des terres dégradées sont diffusées et mises en œuvre dans cinq pays partenaires.

Approche

Le programme opère au Bénin, au Burkina Faso, en Éthiopie, en Inde et au Kenya, et travaille sur place en concertation avec les ministères compétents. Afin d’induire des résultats plus rapides, le programme est rattaché dans chaque pays à des programmes bilatéraux existants de la coopération allemande au développement.

Le programme promeut une approche durable de mise en valeur des terres. Cette approche repose pour l’essentiel sur la participation et l’implication active des petit(e)s agriculteurs et agricultrices concerné(e)s, qui constituent le principal groupe cible. Mais également d’autres acteurs issus du secteur privé, de la société civile et d’institutions publiques sont associés aux mesures du projet. Une partie des prestations sont fournies avec le concours de bureaux d’études et de consultants ainsi qu’avec des organisations non gouvernementales nationales et internationales. Organisées sous une forme participative, les activités avec le groupe cible font donc l’objet d’une planification et mise en œuvre conjointes. L’objectif est de renforcer directement les capacités d’autopromotion des petit(e)s agriculteurs et agricultrices. Ce renforcement s’opère en aidant les agricultrices et agriculteurs à mettre en œuvre des pratiques efficaces de protection des sols.

Les acteurs non étatiques ont un rôle important dans les réseaux spécialisés d’échange de connaissances, qui bénéficient également d’un soutien du programme. Par le biais de leurs experts, ces réseaux apportent au programme des connaissances précieuses. À cet égard, le travail scientifique et les recherches d’accompagnement des programmes de l’initiative en particulier jouent un rôle central.

Initiative spéciale « EINEWELT ohne Hunger » (UN SEUL MONDE sans faim). Un jeune homme irrigue un champ à l’aide d’un arrosoir. (Photo : Klaus Wohlmann) © GIZ

Au niveau de l’action politique, le projet prête conseil aux gouvernements partenaires pour améliorer le cadre politique. Les gouvernements doivent mettre en place des mesures incitatives à l’intention des agriculteurs et agricultrices et pour les exploitations de petite taille afin de les encourager à pratiquer une exploitation plus durable des terres. En vue de soutenir ces activités nationales, le projet mondial organise des forums internationaux visant à systématiser l’échange d’acquis et d’expériences.