Développement communal et décentralisation axés sur la lutte contre la pauvreté à Madagascar (ProDéCID)

Brève description du projet

Désignation : Développement communal et décentralisation axés sur la lutte contre la pauvreté à Madagascar (ProDéCID)
Commettant : Ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays : Madagascar
Organisme de tutelle : Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation (MID)
Durée totale : De 2015 à 2017 

Situation initiale

En 2015, le ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ) a chargé la GIZ de mener à bien un programme visant à accompagner le processus de développement communal et de décentralisation à Madagascar. Depuis 2009, la question du développement communal était déjà à l’ordre du jour d’un programme pour l’environnement.

Au cours des dernières années, les communes à Madagascar se sont avérées être des organes administratifs et des instances de représentation fiables. Les moyens financiers nécessaires ainsi qu’un mandat politique clair leur font toutefois défaut pour pouvoir accomplir entièrement leurs missions ; c’est la raison pour laquelle, par exemple, les services de base qu’elles assurent sont insuffisants. Ce manque de moyens a une incidence directe sur les conditions de vie de la population qui, de ce fait, n’a notamment qu’un accès limité à la scolarisation, à l’eau ou aux soins médicaux.

Le gouvernement malgache mise avant tout sur la décentralisation pour garantir un développement inclusif sur l’ensemble du pays. En 2014, le parlement a adopté un train de réformes et une nouvelle loi de décentralisation. Cependant, les conditions cadres sur le plan politique et administratif ne sont jusqu’à présent pas réunies pour la mise en œuvre de cette législation. Le manque de ressources financières et d’effectifs qui persiste pour les administrations communales et régionales est un exemple de ce contexte défavorable. Actuellement, moins de deux pour cent du budget national est alloué aux collectivités territoriales. En outre, ces dernières ne disposent de pratiquement aucune source de revenus propre.

Objectif

Les conditions nécessaires à une décentralisation et déconcentration efficaces servant de base à un développement communal en faveur des pauvres et à l’amélioration de leurs conditions de vie sont améliorées.

Démarche

Le programme appuie les efforts et les activités déployés par le gouvernement et les autorités malgaches dans le contexte de la décentralisation, notamment en les conseillant sur la mise en œuvre de la législation nationale afin d’améliorer le cadre d’action de l’administration communale et la prestation de services. Cet appui comprend, entre autres, des recommandations pour garantir une meilleure dotation financière des communes.

Des formations sont dispensées à des personnes individuelles et à des responsables à tous les niveaux, par exemple dans les communes, dans les structures administratives régionales et au sein du gouvernement national.
Les partenaires malgaches aspirent à élargir la participation de la population ainsi que celle du secteur privé dans le cadre du développement communal. La GIZ soutient cette démarche et mise notamment sur la promotion des investissements du secteur privé et sur la création de réseaux et de plateformes d’échange.

Dans le même temps, des institutions sélectionnées qui jouent un rôle important dans le processus de décentralisation sont soutenues et leur rôle est renforcé. Parmi elles figurent aussi des institutions proposant elles-mêmes des formations continues dans des secteurs pertinents.

Les expériences recueillies dans la région pilote de Diana, où l’administration communale sera renforcée à l’avenir, seront analysées et transposées dans d’autres régions à Madagascar.