Agriculture durable et développement rural

Description succincte du projet

Designation : Promotion de l’agriculture durable et du développement rural en Tunisie
Commettant : Ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays : Tunisie
Organisme de tutelle : Ministère de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche (MARHP)
Durée totale : de 2016 à 2019

Techniques de communication et d’information innovantes utilisées pour identifier les pathologies végétales. © GIZ/Firas Khelifa

Situation initiale

L’agriculture joue un rôle important dans l’économie tunisienne et représente l’une des principales sources de revenus pour la population rurale. Elle emploie 45°% des ruraux, dont la plupart sont de petits agriculteurs travaillant dans des exploitations familiales.

Malgré son importance économique, ce secteur n’est pas suffisamment organisé pour assurer une production, une transformation et une commercialisation durables des produits agricoles. Les agriculteurs ne disposent pas d’une expertise suffisante pour gérer leurs exploitations de manière durable sur les plans environnemental, économique et social, ce qui entraîne notamment l’appauvrissement et la dégradation des ressources naturelles telles que les sols et l’eau.

Le métier d’agriculteur est difficile et ne permet de vivre qu’avec le minimum vital. De nos jours, le secteur agro-alimentaire n’offre pas suffisamment de perspectives de développement économique à la population rurale, notamment aux femmes et aux jeunes. Même les personnes hautement qualifiées sont confrontées à un taux de chômage élevé, ce qui constitue un terrain propice aux troubles et à l’extrémisme.

Objectif

L’agriculture durable et la transformation durable des produits agricoles ont offert à la population rurale des régions du nord-ouest et du centre-ouest, notamment aux femmes et aux jeunes, de meilleures possibilités de s’assurer un revenu, et l’espace rural est devenu plus attractif.

L’utilisation et l’entretien durables des sols permettent de garantir les revenus des agriculteurs. © GIZ/Justus Lodemann

Approche

L’équipe de projet renforce les plateformes de coopération dans les différentes provinces, ce qui permet de rassembler les agriculteurs, les petites entreprises de transformation et les organisations non gouvernementales au sein de projets communs visant à développer conjointement des systèmes de production durable. L’équipe de projet encourage en particulier la participation des femmes et des jeunes.

Le projet promeut les chaînes de valeur des abricots et des plantes médicinales et aromatiques, en coopération avec le cabinet de conseil allemand AFC. L’objectif consiste à transformer les produits agricoles et à faciliter l’accès aux marchés d‘exportation. En outre, le projet soutient les prestataires de formation publics et privés dans le développement et l’amélioration de leur offre de services agricoles, de conseil et de formation continue. Jusqu’à présent, le projet a permis l’élaboration de programmes de formation sur la gestion durable des terres et le développement d’une agriculture durable, et de documents d’orientation relatifs à la promotion des filières de l’abricot et de la pistache. Les groupes cibles sont les décideurs politiques, les agriculteurs et les petites entreprises de transformation.

L’équipe recommande au ministère tunisien de l’Agriculture de mettre les connaissances acquises au service des stratégies nationales et de développer un système de suivi.

Les jeunes bénéficient d’un soutien pour développer leurs propres projets, l’accent étant mis sur l’utilisation ciblée de technologies agricoles et de communication innovantes, ce qui permet de créer de nouvelles opportunités d’emploi dans l’espace rural.

Résultats

Dans le cadre de quatorze projets coopératifs, les agriculteurs et les petits exploitants s’emploient ensemble à mieux positionner leur système de production agricole. Les produits concernés sont les olives, les abricots, les pistaches, les amandes et les plantes aromatiques.

Afin de renforcer l’esprit d’entreprise des agriculteurs et de les sensibiliser aux bases de la gestion d’entreprise, le projet a formé quatorze formateurs pour une formation d’agriculteurs-entrepreneurs.

Avec le soutien du projet, 46 jeunes diplômés en agriculture, dont la plupart sont sans emploi, ont mis au point un service innovant : grâce à l’application mobile Plantix, ils conseillent les agriculteurs en matière de pathologies végétales. L’application identifie à l’aide de photos les maladies des plantes et envoie des recommandations concernant le traitement et la prévention.

Le projet précédent a touché plus de 7 300 petits exploitants et leurs familles entre 2013 et 2016. Ils ont amélioré leurs compétences en matière de pratiques agricoles durables et augmenté leurs revenus. C’est là une étape importante pour assurer leurs moyens de subsistance et ceux de leurs enfants.

La pistache sauvage donne de l’huile essentielle, ici elle est coupée. © GIZ/Firas Khelifa