Protection de l’environnement et de la biodiversité du littoral algérien

Description succincte du projet

Désignation : Protection de l’environnement et de la biodiversité du littoral algérien (PEBLA)
Commettant : Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays : Algérie
Organisme de tutelle : Ministère algérien de l’Environnement (ME)
Durée totale : De 2020 à 2022

Algerien. Das Regionalprogramm „Frauenförderung im Maghreb“ fördert die gleichberechtigte Teilhabe von Frauen. © GIZ

Situation initiale

Avec ses 1622 kilomètres de côtes et, dans certaines régions, des espaces naturels encore relativement préservés et intacts, l’Algérie possède un patrimoine naturel remarquablement diversifié. Cependant, l’implantation croissante de villes et de villages, d’industries, d’infrastructures et la surexploitation de certaines ressources marines affaiblissent les écosystèmes côtiers terrestres et marins et en perturbent la stabilité. Seule leur protection permet d’en assurer une gestion durable et de maintenir l’équilibre écologique. 

En 2015, l’Algérie a adopté une stratégie de gestion intégrée des régions côtières visant à protéger l’environnement et la biodiversité côtière tout en assurant une utilisation durable.

Le projet « Protection de l’environnement et de la biodiversité du littoral algérien » en cours de réalisation s’inscrit dans ce cadre. Il contribue à la mise en œuvre et à la concrétisation de la Stratégie nationale de gestion intégrée des zones côtières (GIZC) et de la Stratégie nationale de la biodiversité.

Objectif

Le cadre écologique, économique et de planification de la gestion intégrée des zones côtières en Algérie est amélioré.

Approche

Le projet coopère avec le ministère algérien de l’Environnement et implique également d’autres ministères, des institutions subordonnées et des autorités locales. Afin de garantir la réalisation des objectifs du projet, il suit une approche élargie associant la population civile, comme la population côtière, notamment.

Les activités sont axées sur l’amélioration de la gestion intégrée des zones côtières (GIZC) et le développement des connaissances et des compétences des parties prenantes.

À cette fin, le projet actualise dans un premier temps la stratégie nationale de gestion intégrée des zones côtières et élabore un plan d’action budgétisé accompagné d’un système de suivi. En outre, il conseille les organisations partenaires dans les domaines de la gestion des données, des systèmes d’information géographique, de la communication et des relations publiques.

Il sera tenu compte de questions telles que les conventions environnementales, les normes internationales pour la gestion des zones protégées, les services écosystémiques et les approches intersectorielles.
En outre, le projet analyse les options de financement envisageables pour la mise en œuvre de la GIZC et la gestion des aires protégées et fournit des conseils sur l’accès aux mécanismes de financement nationaux et internationaux (y compris le Fonds vert pour le climat).

Par ailleurs, les capacités organisationnelles, entrepreneuriales et techniques des organisations d’utilisateurs, existantes ou nouvelles, seront renforcées en vue du développement des services écosystémiques. La commercialisation par le biais d’accords de coopération ou de contrats avec le secteur privé sera également encouragée. Les acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux reçoivent un soutien pour la création de coopératives ou de groupes d’utilisateurs.

Des lignes directrices adaptées aux conditions locales seront élaborées pour les pratiques de pêche artisanale responsable et d’aquaculture durable et les organisations partenaires seront soutenues dans leur mise en place.
Afin d’améliorer la gestion des aires protégées marines et côtières, les compétences du personnel administratif et du personnel des organisations de la société civile seront renforcées. Un conseil sera dispensé sur la manière d’élaborer des lignes directrices méthodologiques et techniques pour les plans de gestion des aires protégées marines et côtières. 

Le projet se concentre également sur le classement de nouvelles aires protégées côtières et marines (par exemple, les parcs nationaux) et sur l’actualisation du statut de protection des aires protégées existantes.

Dernière mise à jour : Octobre 2020