Conception respectueuse du climat de la gestion de l'énergie dans les communes algériennes

Description succincte du projet

Designation: Communes Vertes
Commettant: Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays: Algérie
Organisme de tutelle: Ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire (MICLAT)
Durée totale: De 2020 à 2023

Panneaux Saloar (copyright by GIZ / Carolin Weinkopf)

Situation initiale

Malgré une intensification des efforts du gouvernement algérien, la mise en œuvre d’une transition énergétique dans les communes ne fait que commencer. Les communes algériennes présentent un besoin en expertise technique, en approches méthodologiques, en instruments organisationnels et en incitations financières, toutes choses qui leur permettront de concevoir et de mettre en œuvre des plans d’action énergétique efficaces et axés sur la pratique, ainsi que l’ évaluetiondes résultats.

Objectif

Un recours plus important aux énergies renouvelables (EnR) et aux technologies axées sur l’efficacité énergétique (EE) a permis d’améliorer la gestion de l’énergie dans les communes pilotes algériennes du point de vue des performances climatiques et de la rentabilité.

Panneaux Saloar sur un champ

Approche

Le projet coopère avec le ministère algérien de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire. Sa mise en œuvre fait aussi appel à d'autres partenaires importants, tels que les ministères algériens de l’Énergie et des Mines, de la Transition énergétique et des Énergies renouvelables, de l’Environnement, ainsi que les administrations respectives et les élu·e·s des communes pilotes.

Le projet apporte aux communes algériennes un soutien technique à la mise en œuvre d’une politique énergétique spécifique et adapté au contexte local. Cela leur permet de contribuer à la politique énergétique nationale et de constituer un exemple de politique énergétique réussie pour les acteurs des institutions publiques, du secteur privé et de la société civile.

Le projet se compose des quatre champs d’action suivants :

La composante 1 accompagne les quatre communes pilotes dans le développement et la mise en œuvre de leurs plans d’action pour les EnR et l’EE et les aide à diffuser leurs concepts de mesures énergétiques auprès d’autres communes. Le projet doit appuyer la réalisation de deux mesures pilotes dans chacune de ces quatre communes.

Panneaux saloar sur un toit au-dessus des voitures en stationnement

La composante 2 du projet encourage l’instauration d’échanges techniques entre les communes et développe à cet effet deux réseaux régionaux. Cette approche de mise en réseau permettra aux communes d’échanger leurs expériences en matière de bonnes pratiques dans le domaine de la gestion de l’énergie et d’avoir accès à des contributions d’expert·e·s. Il est prévu de doter les 30 communes participantes d’un logiciel de comptabilité énergétique destiné à mesurer et contrôler l'avancement de la mise en œuvre des mesures en matière d'EnR et d'EE. Plusieurs concepts de formation spécifiques seront élaborés dans les domaines de la gestion de l’énergie, de l’organisation des processus internes et de la collecte, de l’analyse et de l’utilisation des données de consommation énergétique avant d’être instaurés dans les communes.

La composante 3 entend développer des chaînes de valeur locales dans le domaine des EnR et des technologies EE afin d’améliorer la qualité et la viabilité financière des entreprises de la filière. Parmi les mesures majeures figure l'introduction de normes de qualité pour les produits, les services et les installations techniques. Il est en outre prévu de procéder à la qualification et à la certification des fournisseurs locaux. Le projet fournit des guides techniques et dispense des formations professionnelles destinées à renforcer les compétences dans la phase de planification, de contractualisation et d’exploitation.

La composante 4 du projet conseille le MICLAT pour l’élaboration d’un cadre de promotion visant à fournir aux communes algériennes des incitations financières et administratives à la construction d’installations EnR et à l’amélioration de l’EE. Cette composante conseille également le ministère de MEM dans l’élaboration d’un cadre juridique pour les petites installations solaires, qui pourront livrer leur production excédentaire au réseau d’électricité basse tension.

Dernière mise à jour : octobre 2021