Protection et exploitation durable des ressources naturelles

Brève description du programme

Intitulé: Programme d’appui à la gestion de l'environnement (PAGE)
Commettant: Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays: Madagascar
Tutelle politique: Ministère de l'Environnement, de l'Écologie, de la Mer et des Forêts (MEEMF)
Durée totale : 2014 à 2020

Madagascar. Un sifaka de Coquerel (Propithecus coquereli) dans une zone protégée. © GIZ

Situation initiale

Les besoins croissants en produits alimentaires et en bois de chauffage de la population, dont une grande partie vit en dessous du seuil de pauvreté, favorisent la déforestation et la dégradation des terres ainsi que la perte de biodiversité. Les conditions institutionnelles, le savoir-faire et les moyens nécessaires pour assurer une utilisation durable des ressources naturelles sont insuffisants.

Objectif

La protection et l'exploitation durable et résiliente au climat des ressources naturelles sont améliorées dans et autour des aires protégées.

Madagascar. Flamants roses dans l'aire protégée de Tsinjoriake dans le sud-ouest de l'île. © GIZ

Approche

Le projet pour l'environnement à Madagascar contribue à améliorer la protection et l'exploitation durable et résiliente au climat des ressources naturelles dans et autour des aires protégées. Il intervient dans les régions de Diana, Boeny, Atsimo-Andrefana et Analamanga et déploie ses activités dans cinq champs d'action.

  1. Protection et exploitation durable des ressources naturelles
    La population bénéficie d’un soutien pour générer des revenus durables à partir des ressources naturelles par le biais de chaînes de valeur, telles que l'apiculture, l'écotourisme et autres, ainsi qu'à gérer les aires protégées et les forêts de manière durable.
  2. Professionnalisation et diffusion de la filière biomasse énergie
    Le projet aide les micro-entreprises et les coopératives à produire et à commercialiser des foyers améliorés ainsi que du « charbon vert » ou « biochar », c'est-à-dire du charbon produit à partir de bois provenant de superficies forestières exploitées selon des méthodes durables et carbonisé dans des meules à rendement nettement plus élevé.
  3. Renforcement du cadre légal, institutionnel et de planification pour une exploitation durable des ressources naturelles
    Le projet soutient l’élaboration et la mise à jour de stratégies et d'instruments dans le secteur, ainsi que l'établissement de plans d’aménagement des terroirs au niveau communal et régional.
  4. Améliorations des conditions écologiques et sociales dans l’exploitation minière à très petite échelle
    L'enjeu est d'améliorer les conditions dans l'exploitation minière à très petite échelle de façon que les normes du commerce équitable puissent être respectées à moyen terme. Des plateformes de discussion pour une gouvernance améliorée dans ce secteur sont mises en place et bénéficient d'un soutien. L'accent est mis sur la participation des femmes. Les mesures du programme sont cofinancées par la coopération australienne (DFAT).
  5. Renforcement des capacités d'acteurs déterminants en matière d'adaptation au changement climatique
    L'élaboration de stratégies, l'intégration de la thématique de l'adaptation au changement climatique et le renforcement des instances de coordination sont au cœur de l'assistance consultative. Par ailleurs, la fourniture d'informations à un large public et l'élaboration de programmes d'éducation ainsi que des formations initiales et continues comptent parmi les autres tâches du projet. Les activités sont cofinancées par l'Union européenne.
4 - Restauration de Mangroves par les communautés de base dans la Région Boeny

Résultats

Dans 5 900 ménages, la part des revenus tirés de cinq chaînes de valeur – tourisme, apiculture, charbon vert, foyers améliorés et bois d'œuvre – est passée en deux ans de moins de 30 % à 38 %.

217 000 personnes ont accès à des foyers modernes pouvant être alimentés par du bois ou du charbon de bois.

La protection et l'exploitation durable des ressources naturelles sont assurées par 62 groupements villageois d'utilisateurs établis de manière formelle et représentant une superficie de 148 000 hectares ainsi que par sept organisations non gouvernementales gérant 417 000 hectares d'aires protégées.

La loi portant orientation de l'aménagement du territoire, la politique forestière, la politique environnementale pour un développement durable ainsi que la Stratégie nationale sur la restauration des paysages forestiers ont été adoptées.

Les régions de Boeny et Diana ainsi que 37 communes rurales qui disposent de grandes potentialités écologiques élaborent et adoptent conjointement des plans d'utilisation des terres sur une longue durée.

Les groupements d'intérêt, nombreux et très divers, dans le secteur de l'extraction à très petite échelle des pierres précieuses cherchent à se rapprocher par le dialogue, entre autres par un dialogue au niveau national et trois dialogues au niveau régional, afin de parvenir à une vision commune dans leur secteur.