Création du Centre de compétences Changement climatique « 4C Maroc »

Description succincte du projet

Désignation : Création d’un centre de compétences national au profit de la protection du climat et de l’adaptation au changement climatique
Commettant : Ministère fédéral allemand de l’Environnement, de la Protection de la Nature et de la Sûreté nucléaire (BMU) 
Pays : Maroc
Organisme de tutelle : Secrétariat d’État auprès du ministre de l’Énergie, des Mines et du Développement durable, chargé du développement durable
Durée : 2013 à 2020

Mohamed Boussaid, AV Projekt 4C_Workshop South South Cooperation 27.06.2017 copyright GIZ

Contexte

Du fait même de sa position géographique, le Maroc est fortement exposé aux changements climatiques. Depuis la signature de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (1992), le pays est activement engagé dans la lutte contre les impacts négatifs des changements climatiques. Les premières statistiques nationales en matière d'émissions ont été réalisées en 1994. Il s’en est suivi en 2009 la présentation d'un plan national de lutte contre le réchauffement de la planète. Celui-ci reflète la volonté du Royaume de contenir ses émissions de gaz à effet de serre à un faible niveau, et ce malgré la forte croissance économique que connaît le pays. Au démarrage du projet, il n’existait aucune structure formelle en matière de protection du climat, que ce soit au niveau national ou régional. La vocation du Centre de compétences Changement climatique était de remédier à ce déficit.

Objectif

Le Centre de compétences Changement climatique (CCCC) « 4C Maroc » renforce les capacités du Maroc à s’adapter au changement climatique et à réduire ses émissions de gaz à effet de serre.

Approche

Le projet apporte un appui au développement de la politique marocaine de protection du climat et du plan national d'investissement vert. L’ancrage du projet au sein du Secrétariat d’État chargé du développement durable et la mise en place d'un Centre de compétences Changement climatique indépendant définissent un cadre institutionnel durable. Le projet analyse les besoins en formation des acteurs du changement climatique et propose les formations nécessaires. Il recueille et diffuse des bonnes pratiques et développe des instruments de gestion durable des connaissances. Ces instruments comprennent notamment des bases de données climatiques, des indicateurs de la vulnérabilité face aux impacts négatifs du changement climatique et la surveillance des émissions de gaz à effet de serre. Sur le plan international, le projet soutient la coopération Sud-Sud et la coopération triangulaire avec les partenaires africains du Centre de compétences Changement climatique « 4C Maroc ». 

Résultats

Le « 4C Maroc » est un groupement d’intérêt public qui a été créé en octobre 2016. Il réunit des acteurs publics et privés de la société civile et d’organismes de recherche. Le site Web du 4C Maroc met à disposition des bases de données (projets, recherche et expertise) ainsi que des documents sur la politique nationale engagée en matière de protection du climat et fournit des exemples positifs.

La structure de la future autorité nationale en charge des activités pour le Fonds vert pour le climat a été esquissée. Ce projet a également facilité l’accréditation de l’Agence marocaine pour le développement agricole.

Le projet a accompagné le développement et la planification de la mise en œuvre de la contribution climatique nationale ainsi que la mise en place du Système national d’inventaire des gaz à effet de serre. Ce système, qui contribue depuis 2016 à l’établissement des rapports soumis aux organes de la Convention cadre sur les changements climatiques, a été officiellement institutionnalisé en octobre 2018.  

Différents groupes cibles ont bénéficié des formations dispensées par le 4C ou le 4C Maroc. Les cours portaient sur le thème général du changement climatique, mais aussi sur des thèmes plus spécifiques, dont par exemple le financement de la lutte contre le changement climatique (ces cours ont plus particulièrement bénéficié au secteur privé, à des banques et des partenaires africains), le développement des contributions prévues au niveau national (ces cours s’adressaient plus particulièrement au secteur public du Maroc et de pays partenaires africains) ou l’intégration à la planification de mesures d’adaptation (plusieurs coopératives féminines ont notamment bénéficié de cette formation). Depuis la Conférence des Nations unies sur le climat de 2013 à Varsovie, la délégation marocaine chargée des négociations sur le climat a été entraînée et formée en continu, et sa participation active aux négociations s'en est trouvé améliorée.

Le projet 4C a également soutenu le comité de pilotage du sommet mondial sur le climat qui s'est tenu à Marrakech en 2016.  Il a organisé plusieurs manifestations de grande envergure dans ce cadre, dont des négociations informelles, des ateliers d’experts sur les contributions climatiques nationales et des métriques d'adaptation. Ces dernières ont depuis débouché sur un cycle de conférences annuelles.

Lors du sommet mondial sur le climat de 2016, SM le roi du Maroc Mohammed VI a annoncé la création d’un réseau d’expertise climatique au sein du Centre de compétences Changement climatique. Ce réseau contribuera également au soutien des commissions africaines sur le climat récemment constituées (Sahel, Bassin du Congo et petits États insulaires). 4C Maroc héberge désormais aussi le Secrétariat de l’INCCCETT 4CB (International Network of Centers of Excellence and Think Tanks on Climate Change for Capacity Building).

autre langue

Téléchargement

PLUS D’INFORMATIONS