Porte d’accès aux marchés africains : la promotion des exportations ouvre la voie à de nouvelles relations d’affaires pour les PME

Description succincte du projet

Désignation: Promotion d’activités d’exportation créatrices d’emplois vers de nouveaux marchés en Afrique
Commettant: Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays: Tunisie
Organisme de tutelle: Ministère du Commerce
Durée totale: 2017 à 2019

Situation initiale

Pour pouvoir préserver la paix sociale dans cette jeune démocratie et endiguer les mouvements migratoires, la Tunisie a besoin de stabilité et de croissance. Le défi consiste donc pour le pays à créer plus d’emplois et d’entreprises compétitives. Le marché intérieur est restreint, si bien que la croissance économique est directement liée aux exportations de biens et services. Les trois quarts des entreprises exportatrices appartiennent à trois secteurs seulement : textile et maroquinerie, agroalimentaire et électronique. Pour la plupart d’entre eux, les principaux produits d’exportation n’ont pas changé depuis plus de vingt ans, ce qui s’explique notamment par une forte orientation vers le marché européen.

Malgré le fait que de nombreux pays subsahariens enregistrent les plus fort taux de croissance dans le monde, seulement 5 % environ de l’ensemble des exportations tunisiennes sont destinées au continent africain. Le gouvernement tunisien a pris conscience du potentiel que constituent les marchés des pays voisins au Sud du Sahara et entend intensifier les exportations et les investissements vers les pays africains.

Pour pouvoir se lancer dans des activités exportatrices, les petites et moyennes entreprises ont besoin de connaissances sur les marchés, de personnel qualifié, de réseaux et d’interlocuteurs sur place pour nouer des contacts et développer des relations commerciales.

Objectif

Intéressant en termes de création d’emplois, l’accès à de nouveaux marchés d’exportation en Afrique pour de petites et moyennes entreprises tunisiennes sélectionnées est amélioré.

Approche

L’équipe de projet travaille pour l’essentiel avec des petites et moyennes entreprises du secteur de l’industrie et des services qui ne sont présentes sur aucun ou très peu de marchés africains.

Afin de faciliter l’accès aux marchés pour ces entreprises, le Centre de promotion des exportations CEPEX prévoit l’ouverture de filiales au Cameroun et en République démocratique du Congo à l’automne 2017. L’équipe du projet soutient CEPEX à ce niveau, forme les représentants à leurs nouvelles tâches et les accompagne pour la conception et le développement de leur offre d’appui sur place.

Par ailleurs, les partenaires mettent en place un réseau d’institutions de promotion publiques et privées, la plateforme d’exportation « Think Africa ». D’autres parties prenantes à ce projet sont le CEPEX, des chambres de commerce, des fédérations d’entreprises ainsi que des sociétés de conseil spécialisées. Cette plateforme entend montrer aux entreprises les perspectives qui s’ouvrent à elles sur les marchés d’Afrique subsaharienne. Elle veille à une meilleure cohérence entre les services d’information, de conseil et d’appui de ses membres et élabore des recommandations pour améliorer les conditions cadre, par exemple pour les accords commerciaux ou les améliorations en termes d’infrastructures.

Pour que les petites entreprises puissent aussi trouver dans le secteur privé des prestations de conseil professionnelles et spécialisées concernant l’accès aux marchés africains, le projet forme des conseillers et soutient l’institutionnalisation d’un réseau de consultants.

L’équipe du projet aide les entreprises ayant des produits et services qui se complètent à se regrouper dans des consortiums d’exportation ou des réseaux et à développer conjointement des stratégies pour leurs exportations vers différents marchés subsahariens. Dans ce contexte, les entreprises dotées d’une expérience à l’exportation peuvent assumer une fonction de leaders avec un produit ou service clé, tandis que les nouveaux venus sur le marché apprennent et profitent de ces expériences et des économies d’échelle ainsi réalisées.

Le projet s’adresse aussi de façon explicite à des firmes allemandes désireuses de pénétrer les marchés d’Afrique subsaharienne, mais qui ont besoin pour ce faire de partenaires sur le continent. À cet effet, le projet coopère avec la Chambre allemande du commerce extérieur à Tunis, le réseau des chambres du commerce et de l’industrie en Allemagne ainsi que d’autres associations allemandes. Des rencontres techniques, des voyages d’affaires et des visites de salons et expositions en Allemagne, en Tunisie et dans d’autres pays africains facilitent l’établissement de contacts et permettent d’exploiter les potentiels qui existent pour des partenariats. Ainsi peuvent naître des partenariats « gagnant-gagnant » alliant technologies et financement avec une bonne connaissance du marché, la proximité géographique et le savoir-faire technique.