Promotion d’un marché de l’électricité respectueux du climat dans la région de la CEDEAO (ProMERC)

Description succincte du projet

Designation : Promotion d’un marché de l’électricité respectueux du climat dans la région de la CEDEAO (ProMERC)
Commettant : Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays : États membres de la CEDEAO : Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone et Togo
Organisme de tutelle : Commission de la CEDEAO
Durée totale : 2018 á 2020

Image CEDEAO

Situation initiale    

Depuis 2010, l’insuffisance et le peu de fiabilité de l’approvisionnement électrique constituent un frein majeur au développement de la région de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Sur une population de plus de 340 millions d’habitants, seuls 42 % environ disposent d’un accès à l’électricité. Un marché de l’électricité commun aux quinze États membres de la CEDEAO est de plus en plus considéré comme l’approche la plus à même de renforcer l’utilisation transfrontalière des énergies renouvelables et d’autres sources d’énergie propres et de stabiliser l’approvisionnement en électricité.

Le programme actuel s’appuie sur les importantes activités menées dans le cadre du programme précédent (de 2013 à 2017) avec pour objectif de créer des conditions -cadres favorables aux énergies renouvelables dans la région. Il a produit des résultats majeurs à plusieurs niveaux : dans la production d’électricité d’origine renouvelable, où il s’est focalisé sur l’assistance technique aux États membres de la CEDEAO et sur l’appui aux promoteurs de projets d’énergies renouvelables raccordés au réseau ; au niveau de la distribution d’électricité, où l’enjeu était d’élaborer des bonnes pratiques et des approches visant à réduire les pertes de distribution ; enfin, au niveau du marché régional de l’électricité, où les efforts se sont concentrés sur le soutien à la conception d’instruments de régulation essentiels au bon fonctionnement des échanges d’électricité transfrontaliers. Des mesures de renforcement des capacités approfondies et adaptées ont conforté les acteurs clés du marché dans l’accomplissement de leur mission. 

En dépit de ces réussites significatives, les conditions demeurent insuffisantes pour instaurer un marché durable et respectueux du climat dans la région CEDEAO.

Objectif

Le programme actuel améliore les conditions clés pour un marché de l’électricité respectueux du climat dans la région de la CEDEAO. A travers ses interventions au niveau des pays, il contribue à accroitre la production d’électricité issue de sources d’énergie renouvelables. D’une manière indirecte, il fait également baisser la pression exercée sur les ressources fossiles et les atteintes à l’environnement qui en découlent. Sur le long terme, la réduction des émissions de gaz à effet de serre dans la région conduit à mieux atténuer le changement climatique. 

Power distribution lines

Approche

Le programme ProMERC est destiné aux quinze États membres de la CEDEAO et se concentre sur les trois domaines d’intervention suivants : la promotion des énergies renouvelables, la promotion de l’efficacité énergétique et la fonctionnalité du marché régional de l’électricité. Il est mis en œuvre en coopération avec trois organisations partenaires : le Système d’Échanges d’Énergie Électrique Ouest Africain (EEEOA), le Centre pour les Énergies Renouvelables et l’Efficacité Énergétique de la CEDEAO (CEREEC) et l’Autorité de Régulation Régionale du secteur de l’Électricité de la CEDEAO (ARREC). Les sièges de ces trois institutions se trouvent respectivement au Bénin, au Cap-Vert et au Ghana.

Le programme comprend une action cofinancée par l’Union européenne : « Amélioration de la Gouvernance du Secteur des Energies Renouvelables et de l’Efficacité Energétique en Afrique de l’Ouest » (AGoSEREE-AO).  AGoSEREE-AO fait donc partie intégrante du programme ProMERC qui adresse exclusivement les activités réalisées en coopération avec le CEREEC. 

Le programme met également l’accent sur l’harmonisation de ses interventions avec d’autres projets bilatéraux mis en œuvre par la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH, notamment au Nigéria, au Ghana, au Sénégal et au Togo. De plus, il met en avant la coordination avec d’autres bailleurs, tels que l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) et la Banque mondiale.

Female Installer during practical examination in ESP Dakar

Résultats

  • Promotion des énergies renouvelables : 
    Dans certains pays de la CEDEAO tels que le Bénin, le Niger, le Sénégal, la Guinée et la Sierra Leone, les acteurs clés du secteur de l’énergie (ministères de l’énergie, agences pour les énergies renouvelables, autorités de régulation et compagnies nationales d’électricité) ont reçu un appui technique visant à améliorer les conditions juridiques, réglementaires et techniques s’appliquant aux énergies renouvelables dans le cadre de projets hors réseau et raccordés au réseau. Sur demandela Facilité d’Assistance Technique mise en place par le programme fournit également le même type de soutien à une sélection de projets d’énergies renouvelables raccordés au réseau au Bénin, au Mali et au Sénégal afin de favoriser leur développement. En coopération avec d’autres bailleurs tels que l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA), le programme a appuyé l’opérationnalisation du Corridor Ouest Africain d’Energies Propres (WACEC) à travers l’élaboration et la validation régionale des stratégies de mise en œuvre des corridors solaire, éolien et hydroélectrique. Une formation technique sur le développement de projets éoliens a été dispensée à une sélection de trente experts des sociétés d’électricité et à quinze formateurs·(rices)· issu(e) ·s de centres de formation d’excellence régionaux afin de leur apporter une expertise de pointe en développement de projets éoliens et les familiariser avec l’initiative WACEC. Afin de s’assurer que les professionnels du photovoltaïque possèdent les aptitudes et les capacités requises pour effectuer leur travail de façon sûre et efficace, le projet a appuyé l’opérationnalisation du système de certification de la CEDEAO pour les compétences en énergies durables. Les premiers examens ont été organisés au Sénégal, au Ghana et au Nigeria et plusieurs candidats ayant réussi qui sont désormais des installateurs régionaux certifiés en installation de systèmes photovoltaïques hors réseau. La certification pour les compétences en énergies durables est à présent étendue à un niveau plus avancé de  professionnels en systèmes solaires photovoltaïque. 
  • Promotion de l’efficacité énergétique :
    Les normes minimales de performance énergétique pour trois types d’appareils électriques (ventilateurs, téléviseurs et chauffe-eau) ont été élaborées et validées par des acteurs régionaux et des agences de normalisation nationales de la région CEDEAO. S’agissant de l’efficacité énergétique sur les réseaux de distribution, un personnel sélectionné représentant 23 compagnies de distribution d’électricité de la région CEDEAO ont reçu une formation technique consacrée aux méthodes de calcul des pertes de distribution, ainsi que des Licences et clés d’activation du logiciel NEPLAN pour leur travail. Dans une dizaine de pays de la CEDEAO, les compagnies de distribution d’électricité reçoivent un appui pour développer des projets bancables consacrés aux réductions des pertes. Le programme organise également des forums d’apprentissage et d’échange annuellement afin de conserver la synergie des actions et l’apprentissage entre les compagnies de distribution d’électricité de la région.
  • Fonctionnalité du marché régional de l’électricité :
    Le soutien apporté à l’Autorité de régulation régionale a permis d’élaborer et de vérifier les instruments de régulation et de surveillance du marché régional. Des formations techniques pertinentes et approfondies ont été mises en œuvre pour le personnel des compagnies nationales d’électricité, ainsi que pour les formateur·(rice)·s des centres d’excellence régionaux.