Modernisation du système de formation et d’évaluation de la fonction publique en Tunisie

Description succincte du projet

Designation : Modernisation du système de formation et d’évaluation de la fonction publique en Tunisie (MFP)
Commettant : Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays : Tunisie
Organisme de tutelle : Présidence du Gouvernement
Durée totale : De 2020 à 2023

Situation initiale

L’administration publique tunisienne est confrontée à des défis majeurs. L’État s’est fortement endetté depuis la révolution de 2011 et les coûts salariaux induits par une bureaucratie lourde sont une des causes de l’augmentation des dépenses de l’État. En même temps, la productivité des agent·e·s de l’État n’est pas suffisante, ce qui se traduit par le mécontentement de la population et la lenteur d’avancement de certaines réformes. L’absence d’incitation vers plus d’efficacité et une formation initiale et continue peu axée sur les besoins concrets de l’administration se traduisent par un manque de motivation chez de nombreux·euses fonctionnaires.

La modernisation de l’administration requiert l’instauration de conditions d’ensemble adéquates par le biais d’un ajustement de la législation et d’un développement organisationnel pour les institutions compétentes.

Objectif

Le système de formation et d’évaluation de la fonction publique est modernisé et les fonctionnaires sont mieux qualifié·e·s.

Approche

Le projet est articulé autour de trois champs d’action :

  1. Il élabore des approches, des instruments et des modèles en vue de la standardisation et de la certification des offres de formation initiale et continue.
  2. Il prévoit également la mise en place d’un système objectif et transparent permettant d’améliorer l’évaluation du travail des fonctionnaires. Cela passe par un perfectionnement des approches d’évaluation des agent·e·s de la fonction publique visant à identifier les points forts et les faiblesses du personnel et à montrer les potentiels de développement et de formation continue.
  3. Enfin, le projet encourage le dialogue entre l’État, les syndicats, les communes et les organisations non gouvernementales, afin de les sensibiliser aux mesures de réforme et d’impliquer la population tunisienne dans le processus.

Dernière mise à jour : octobre 2021