Sécurité alimentaire et renforcement de la résilience

Description succincte du projet

Designation : Programme « Sécurité alimentaire et renforcement de la résilience »
Commettant : Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays : Suprarégional : Bénin, Burkina Faso, Cambodge, Éthiopie, Inde, Kenya, Malawi, Mali, Togo, Yémen, Zambie
Organisme de tutelle : Varie en fonction du pays
Durée totale : de 2014 à 2020

Situation initiale

Environ 800 millions d’êtres humains à travers le monde souffrent de la faim et deux milliards de la malnutrition. Bien que le nombre global des affamés ait diminué au cours des dernières décennies, en Afrique subsaharienne et en Asie le nombre des personnes qui ne mangent pas à leur faim est actuellement plus élevé que jamais. La malnutrition, qui est particulièrement répandue dans les pays en voie de développement, a une incidence négative non seulement sur l’épanouissement de chaque individu, mais aussi sur les chances de développement de nations tout entières. Si un enfant ne reçoit pas en quantités suffisantes les nutriments, vitamines et minéraux dont il a besoin avant l’âge de trois ans, c’est-à-dire durant les 1 000 premiers jours de son existence, depuis sa conception dans le sein de sa mère, cela aura des conséquences négatives sur sa croissance, sur ses capacités mentales et donc sur ses possibilités d’apprendre et de travailler.

De multiples causes sont à l’origine de la faim et de la malnutrition: pauvreté, crises, conflits, catastrophes naturelles, manque d’accès à des services de santé, à de l’eau potable saine et à des équipements sanitaires, manque d’hygiène et alimentation déséquilibrée, souvent par suite de connaissances insuffisantes en matière de nutrition. La lutte contre la faim et la malnutrition doit donc être menée sur un large front afin de remédier le plus complètement possible à ses causes multiples et complexes.

Objectif

Les personnes vivant dans des ménages vulnérables sur le plan nutritionnel, peuvent se nourrir sainement et en quantité suffisante, même en période de crises alimentaires.

Approche

Le programme « Sécurité alimentaire et renforcement de la résilience » travaille dans onze pays d’Afrique et d’Asie: Bénin, Burkina Faso, Cambodge, Éthiopie, Inde, Kenya, Malawi, Mali, Togo, Yémen et Zambie. Il coopère étroitement avec des organisations non gouvernementales nationales et internationales, afin de mobiliser toutes les forces sociales disponibles. Ainsi, le programme contribue directement aux efforts destinés à améliorer la sécurité alimentaire, par exemple en soutenant les gouvernements dans le cadre de l’initiative internationale SUN (Renforcement de la nutrition).

Le projet se concerte avec les ministères compétents sur place et s’appuie sur les expériences accumulées par des programmes bilatéraux de la coopération allemande au développement. Ainsi, les résultats acquis peuvent se renforcer mutuellement et les approches pratiquées peuvent être intégrées durablement dans les structures locales. Des sociétés d’étude et de conseil participent également à la mise en œuvre du projet.

Seule une approche intégrée et holistique peut permettre de remédier aux multiples causes de la malnutrition. C’est pourquoi le programme combine des mesures relevant de différents secteurs, tels que l’agriculture, la santé, l’éducation, la sécurité sociale et WASH (water, sanitation, hygiene - eau, assainissement, hygiène). Par exemple, les femmes sont sensibilisées à l’importance d’une alimentation saine et équilibrée. En même temps, elles apprennent comment cultiver, stocker et traiter adéquatement les produits alimentaires. La santé occupe également une place très importante, car seul un corps sain peut absorber et assimiler les éléments nutritifs et les vitamines dont il a besoin. De bonnes pratiques d’hygiène dans les ménages et un approvisionnement adéquat en eau saine sont essentiels à cet effet.

Initiative spéciale « EINEWELT ohne Hunger » (Un seul monde sans faim). Sur un marché africain : Des femmes négocient l’achat et la vente de fruits. (Photo : Klaus Wohlmann) © GIZ

Le principal groupe cible du projet englobe les femmes en âge de procréer, les femmes enceintes, les mères allaitantes et les enfants en bas âge, qui sont généralement les personnes les plus touchées pas l’insécurité alimentaire. Le projet vise à améliorer leur situation nutritionnelle et leur résilience aux crises alimentaires.