Gestion des migrations et intégration

Description succincte du projet

Désignation : Renforcement des collectivités territoriales marocaines dans l’amélioration des structures d’accueil des migrants (RECOSA)
Commettant : Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) et Union Européenne (UE)
Pays : Maroc avec activités en Côte d’Ivoire, Mali et Sénégal 
Organisme de tutelle : Ministère Délégué auprès du Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale Chargé des Marocains Résidant à l’Etranger et des Affaires de la Migration (MDCMREAM)
Durée totale : 2016 à 2022

Ausgangssituation-recosa

Situation initiale    

De pays d’émigration, le Maroc est devenu au cours des vingt dernières années un pays de transit et d’accueil pour un grand nombre de migrants. Par ailleurs, de plus en plus de Marocains résidant à l’Etranger reviennent s’installer dans leur pays d’origine. Cette tendance s’accompagne de défis aussi bien aux niveaux social et économique qu’institutionnel et juridique. Pour y répondre, le gouvernement marocain a mis en place les Stratégies Nationales d’Immigration et d’Asile et celle pour les Marocains Résidant à l’Etranger. Celles-ci prévoient l’instauration d’une politique migratoire cohérente et reposant sur les principes des droits humains.

Compte tenu du caractère transversal de la migration et de l’intégration, une forte coopération est nécessaire entre les différents ministères concernés ainsi qu’entre les institutions gouvernementales, les régions et les communes, afin d’assurer une mise en œuvre cohérente de la politique migratoire nationale au niveau territorial.

Par ailleurs, le Maroc a signé trois memoranda d’entente avec la Côte d’Ivoire, le Mali et le Sénégal, afin de développer la coopération avec ses pays partenaires en matière migratoire. Il s’agit maintenant de les opérationnaliser. 

Objectif

En partenariat avec le Ministère délégué Chargé des Marocains résidant à l’Etranger et des Affaires de la Migration, le projet contribue à la prise en compte des thématiques de la migration et de l’intégration tant au niveau central que dans dix communes marocaines partenaires (Béni Mellal, Casablanca, Fès, Marrakech, Nador, Oujda, Rabat, Salé, Tanger et Tiznit). Il favorise ainsi l’accès à des offres d’intégration sociale, économique et culturelle, notamment pour les migrants, réfugiés et Marocains de retour. Il vise enfin à renforcer la coopération en matière migratoire entre le Maroc, la Côte d’Ivoire, le Mali et le Sénégal. 

Approche

Pour faciliter la mise en œuvre de la politique migratoire, le projet appuie la coordination institutionnelle entre les différents acteurs ; il renforce les compétences des acteurs clés, les met en réseau et appuie les mécanismes de concertation.

Au niveau local, il soutient des projets pilotes en matière d’intégration sociale, culturelle et économique, en collaborant avec les acteurs gouvernementaux et les acteurs de la société civile, notamment les ONG. Les bonnes pratiques sur le terrain sont capitalisées sous forme de guides et autres outils afin d’être répliquées. 

Vorgehensweise-recosa

Par ailleurs, le projet valorise l’échange d’expériences entre le Maroc, la Côte d’Ivoire, le Mali et le Sénégal en matière migratoire. Cette Action de coopération Sud-Sud, cofinancée par l’Union Européenne, a pour but de renforcer la contribution de la migration au développement des pays, d’améliorer la protection des droits des migrants et de favoriser la mobilité régulière. Elle est mise en œuvre conjointement par la GIZ et Expertise France.

Résultats 

130 acteurs clés des différents ministères, de leurs services déconcentrés et des collectivités territoriales ont été formés pour mieux planifier et mettre en œuvre des mesures d’intégration. Grâce à une convention avec l’Ecole Nationale Supérieure de l’Administration, ces formations sont ancrées dans le curriculum national pour les cadres de la fonction publique marocaine. 

Wirkungen-recosa

La migration est prise en compte dans la planification locale de plusieurs communes partenaires, tel qu’Oujda qui l’a intégrée dans son Plan d’Action Communal, élaboré conjointement avec les différents départements sectoriels et la société civile.

La sensibilisation de la population locale est un autre prérequis pour favoriser l’intégration. A titre d’exemple, 4000 collégiens à travers le pays ont été sensibilisés aux questions de la diversité et de la mobilité, en collaboration avec une association locale.

Une programmation conjointe de l’Action de coopération Sud-Sud a été adoptée par le Maroc, la Côte d’Ivoire, le Mali et le Sénégal. Les approches développées au Maroc nourrissent cet échange Sud-Sud et réciproquement.