Partenariat énergétique maroco-allemand

Brève description du projet

Désignation : Partenariat énergétique maroco-allemand (PAREMA)
Commettant : Ministère fédéral allemand de l’Économie et de l’Énergie (BMWi)
Pays : Maroc
Organisme de tutelle : Ministère marocain de l’Énergie, des Mines et du Développement durable (MEMDD)
Durée totale : De 2016 à 2018

Situation initiale

Le Partenariat énergétique maroco-allemand (PAREMA) a été conclu en 2012 avec la signature d’une déclaration d’intention commune par les ministères compétents. Le Maroc possède un immense potentiel de production d’énergies renouvelables, notamment dans les domaines du solaire et de l’éolien. De par sa proximité géographique et ses interconnexions électriques avec l’Europe, ce pays pourrait être intégré au marché européen de l’électricité et permettre ainsi un échange mutuellement avantageux d’énergie durable dans le long terme.

La Deutsche Gesellschaft für internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH conseille et soutient le PAREMA, un des partenariats énergétiques bilatéraux noués par l’Allemagne avec des pays producteurs d’énergie, des pays de transit et des pays consommateurs. Outre le travail au sein d’organisations et d’initiatives multilatérales, les partenariats énergétiques représentent le pilier de la stratégie de politique étrangère du gouvernement fédéral allemand en matière d’énergie, stratégie menée sous l’égide du ministère fédéral de l’Économie et de l’Énergie (BMWi).

Structurée et ciblée, la politique énergétique internationale du gouvernement fédéral allemand vise à promouvoir les objectifs et les étapes de mise en œuvre de la transition énergétique allemande. Elle entend également contribuer à la définition d’une politique énergétique innovante au niveau international, nouer de nouveaux partenariats, identifier et mettre à profit des initiatives communes et déterminer et exploiter les marges de manœuvre disponibles. L’orientation stratégique adoptée dans le cadre de la coopération avec des pays partenaires s’inscrit dans le droit fil des objectifs de la politique énergétique allemande tels que la sécurité de l’approvisionnement, la protection du climat et de l’environnement ainsi que l’accompagnement des entreprises et des technologies allemandes sur les marchés d’exportation.

Objectif

Le Maroc met en place un approvisionnement énergétique durable, exploite les énergies renouvelables et a recours à des technologies énergétiques efficaces.

Approche

Le Partenariat énergétique maroco-allemand est la plateforme centrale du dialogue institutionnel sur la politique énergétique entre l’Allemagne et le Maroc. Il vise à soutenir le Maroc dans l’élaboration et la mise en œuvre d’une politique énergétique nationale d’approvisionnement durable. La priorité est notamment placée sur la création de conditions-cadres propices à la mise en place d’un marché énergétique ouvert, transparent et durable.

Les domaines de coopération et les champs thématiques du partenariat énergétique sont les suivants : élaboration de stratégies énergétiques s’inscrivant dans le long terme, appui à des projets économiques proches du marché, coopérations en matière de recherche, mise au point de stratégies à faibles émissions de carbone, coopération au développement et conseils pour la déréglementation et l’ouverture des réseaux à basse et moyenne tension afin de pouvoir raccorder des installations photovoltaïques. Le partenariat énergétique est ouvert aussi bien aux représentants du secteur privé qu’à ceux de la communauté scientifique et de la société civile.

Le ministère fédéral de l’Économie et de l’Énergie (BMWi) et le ministère marocain de l’Énergie, des Mines et du Développement durable (MEMDD) sont chargés de la coordination du partenariat. Les autres acteurs majeurs du côté allemand sont le ministère fédéral de l’Environnement, de la Protection de la nature, de la Construction et de la Sûreté nucléaire (BMUB), le ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ) ainsi que le ministère fédéral des Affaires étrangères (AA). Les principaux acteurs marocains sont l’Agence marocaine de l’énergie durable (MASEN), l’Agence marocaine pour l’efficacité énergétique (AMEE), l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), la Société d’investissements énergétiques (SIE) et l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (IRESEN).

Le comité de pilotage est dirigé par des représentants des gouvernements et des agences nationales de l’énergie. Les groupes de travail traitent de thématiques telles que la « coopération au développement et stratégies de réduction des émissions à travers des projets énergétiques » et la « coopération au développement en matière de politique énergétique et accompagnement des projets d’investissement et de recherche ».

Le secrétariat permanent basé à Rabat soutient la gestion du partenariat énergétique depuis 2012 avec l’appui de la GIZ. Il joue le rôle d’interlocuteur et de plateforme d’information auprès des acteurs intéressés. Le secrétariat permanent encadre la préparation et la conduite des réunions des groupes de travail, des ateliers et des voyages d’étude en fournissant un appui tant organisationnel et logistique que technique et conceptuel. Son travail de relations publiques et ses contributions à des communications spécialisées accroissent la visibilité du partenariat énergétique et de ses objectifs. En outre, le secrétariat permanent participe à un échange d’expériences en matière de politique énergétique avec d’autres partenariats énergétiques.

Résultats

Les réunions régulières des groupes de travail et du comité de pilotage ont permis d’établir un dialogue politique institutionnalisé entre les décideurs marocains et allemands. Le secrétariat du Partenariat énergétique maroco-allemand a en outre été associé aux discussions entre les ministères des deux pays qui ont mené à la signature d’une déclaration d’intention sur l’élaboration de nouvelles initiatives communes. Cet accord prévoit notamment que le secrétariat appuie le processus d’élaboration d’une « Vision énergétique 2050 pour le Maroc ».

En collaboration avec d’autres projets et programmes de la GIZ, des scénarios ont été mis au point afin de garantir un approvisionnement énergétique reposant essentiellement sur les énergies renouvelables à l’horizon 2050. Les premiers résultats, concernant notamment la diminution du nombre de projets d’exploitation des énergies fossiles, ont été pris en compte lors des échanges entre l’ONEE (opérateur de réseaux et fournisseur d’électricité), la MASEN (producteur d’électricité) et le MEMDD (ministère de l’Énergie) à propos du plan de développement électrique à long terme.

Plusieurs discussions économiques ont eu lieu sur les conditions d’investissement dans le secteur énergétique marocain en présence d’acteurs clés allemands et marocains, Ainsi, les intérêts du secteur privé dans le secteur des énergies renouvelables sont pris en compte dans le dialogue politique. De plus, des solutions globales peuvent être directement élaborées avec les décideurs responsables de la politique énergétique du pays partenaire afin de régler les problèmes d’accès au marché et de réduire les obstacles à l’investissement que rencontrent les entreprises.

L’Agence marocaine de l’énergie durable verra ses capacités renforcées par le biais de formations visant à promouvoir le marché du solaire dans ce pays.

Au Maroc, de nombreux articles de presse ont été publiés sur des manifestations consacrées à l’environnement et à l’énergie auxquelles ont assisté des responsables politiques de haut rang. Ces événements tels que la conférence des Nations unies sur le changement climatique organisée à Marrakech (2016) ou le Dialogue de Berlin 2017 sur la transition énergétique (Berlin Energy Transition Dialogue 2017) ont fortement accru la visibilité des thématiques et des objectifs de la politique allemande en matière d’énergie.

Sujets connexes

autres informations