Merhaba – Bienvenue au Maroc!

Description succincte du projet

Déscription: Renforcement de communes sélectionnées pour la gestion des migrations et des flux de réfugiés 
Commettant: Ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays: Maroc
Partenaire politique: Ministère délégué auprès du Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale chargé des Marocains résidant à l’Étranger et des Affaires de la Migration
Durée totale: 2015 à 2018

Situation initiale

Au fil des vingt dernières années, le Maroc s’est de plus en plus transformé en un pays de transit et d’accueil pour les migrants et les réfugiés. C’est pourquoi le roi Mohammed VI a fait élaborer une politique globale de migration et d’asile. Sur cette base, le gouvernement a adopté en 2014 la stratégie nationale d’immigration et d’asile, qui prévoit entre autres des mesures pour l’intégration des migrants et des réfugiés au Maroc.

Pour pouvoir mettre en œuvre les mesures au plan local, il faut créer les conditions cadres nécessaires sur le plan économique, culturel et social. Des projets d’intégration ont pour but de renforcer la cohésion sociale entre la population marocaine et les populations immigrées dans les communes, menant par là une prévention systématique des conflits sociaux.

Par ailleurs, un nombre toujours plus important de Marocains reviennent de l’étranger. Or, l’intégration de familles marocaines ayant vécu par exemple de longues années en Espagne se heurte elle aussi à de nombreux obstacles, notamment du fait de connaissances linguistiques insuffisantes ou d’un accès difficile au marché du travail.

Objectif

De premiers pas ont été réalisés vers le développement d’une culture marocaine d’accueil pour les migrants et les réfugiés ainsi que pour les citoyens marocains de retour dans leur pays. De concert avec la société civile, des communes planifient et mettent en œuvre de façon autonome des projets d’intégration, tels que des programmes interculturels à l’occasion de la Journée internationale des migrants.

Approche

« Merhaba – Bienvenue au Maroc ! » : sous ce mot d’ordre et pour le compte du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ), la GIZ soutient au total dix communes à travers le pays afin de faciliter leurs premiers pas vers le développement d’une culture d’accueil marocaine. Les acteurs communaux sont familiarisés avec les thématiques de l’intégration et de la réinsertion ainsi qu’avec les besoins des migrants, les nouveaux venus ayant besoin par exemple de cours de langues, de formations spécialisées ou de conseils juridiques. Outre les migrants et les réfugiés, les mesures incluent également les Marocains retournant dans leur pays après avoir émigré.

Les communes ont besoin d’un soutien particulier dans leurs efforts d’intégration. Des administrations et organisations locales reçoivent un appui du projet afin de développer leurs compétences techniques et interculturelles. Le projet renforce la capacité des acteurs communaux à aider les migrants et les réfugiés à mieux s’intégrer dans la vie locale : les personnels communaux sont par exemple formés sur des sujets comme la coopération interculturelle, le travail d’intégration visant à prévenir les conflits et les mesures de lutte contre le racisme.

Le projet encourage les administrations locales à se connecter en réseau avec des partenaires nationaux et internationaux pouvant se prévaloir d’expériences précieuses dans le domaine de l’intégration. Lors de voyages d’études en Allemagne, des agents communaux marocains se familiarisent avec des initiatives réussies qu’ils peuvent ensuite reproduire au Maroc. 

Résultats

Les partenaires marocains reçoivent un soutien afin de créer une atmosphère d’acceptation mutuelle et de dialogue, de façon à mieux intégrer au plan local les migrants, les réfugiés et les Marocains de retour dans leur pays. Une cinquantaine d’agents communaux des 10 communes partenaires sont formés sur les thématiques de l’intégration et de la réinsertion. Ils élargissent leurs connaissances sur la politique migratoire internationale ainsi que sur l’importance des réseaux internationaux, et découvrent des exemples d’intégration réussie.

Des ateliers de planification participatifs réunissant des acteurs communaux donnent naissance à des projets pilotes visant à améliorer l’intégration des migrants. La commune d’Oujda, par exemple, bénéficie d’un soutien pour l’élaboration de son plan de développement communal. Ce document stratégique définit les mesures prioritaires que la commune entend mettre en œuvre entre 2017 et 2022. L’objectif est d’ancrer dans ce plan le thème de l’intégration et de le mettre en œuvre dans le cadre du plan stratégique. Il est ainsi fait en sorte que les actions prévues s’adressent certes à la population autochtone, mais aussi aux migrants, aux réfugiés et aux Marocains de retour.

Le maillage international a débuté avec la création du « groupe stratégique d’intégration ». Lors de trois rencontres de travail en Allemagne, en Turquie et au Maroc, 20 décideurs marocains, turcs et allemands issus de la sphère politique, de la société civile, des médias et du monde économique ont discuté de différentes stratégies d’intégration et énoncé des recommandations pour les instances politiques. Les résultats ont été présentés dans le cadre d’une conférence internationale réunissant 80 participants à Rabat.