Promotion de l’agriculture au Bénin

Description succincte du projet

Designation : Promotion de l’agriculture au Bénin (Promotion of Agriculture in Benin)
Commettant : Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays: Bénin
Organisme de tutelle : Ministère de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche (MAEP)
Durée totale : 2017 á 2020

CL Copargo - protection karite

Situation initiale    

Le Bénin fait partie des pays les plus pauvres au monde, plus d’un tiers des 10 millions d’habitant·e·s vivant sous le seuil de pauvreté. En dépit de la croissance économique modérée que le pays a connue ces dernières années, la croissance démographique constante ne permet pas de réduire la pauvreté absolue.

Le secteur économique le plus important est l’agriculture, dont vivent environ les deux tiers de la population et qui fournit 80 pour cent des produits d’exportation. En dépit de son importance, le secteur agricole présente nombre d’obstacles au développement : l’agriculture est dominée par les petites exploitations familiales et peu diversifiée ; la productivité est faible, l’industrie de transformation est pratiquement inexistante. Par ailleurs, les défis du changement climatique compliquent la culture et augmentent le risque de mauvaises récoltes. En outre, les marchés locaux, régionaux et internationaux établis manquent pour les produits agricoles.

Le secteur souffre aussi du manque de conseil agricole et d’une pénurie de moyens de production, comme les semences, les engrais et les crédits. Les structures administratives sont peu efficaces. En règle générale, les femmes ne sont guère impliquées dans les processus économiques de création de valeur et sont sous-représentées dans les postes décisionnels.

La modernisation du secteur agricole est essentielle pour la lutte contre la pauvreté et la sécurité alimentaire de la population. Dans ce contexte, les tâches principales sont la promotion ciblée du secteur privé, la professionnalisation des exploitations agricoles et des entreprises de transformation ainsi que la diversification des filières.

Objectif

La promotion des chaînes de valeur sélectionnées dans les filières du cajou, du riz, du karité et du soja permet d’améliorer l’efficacité de l’agriculture béninoise en tenant compte des aspects environnementaux et climatiques. La pauvreté de la population rurale a baissé.

ProAgri - 4 filieres

Approche

Le programme intervient selon une approche pluri-niveaux (national, communal et local) dans trois champs d’action. 

  • Le conseil politique et stratégique : le ministère de l’Agriculture bénéficie d’un conseil pour l’amélioration du cadre politique en faveur du développement du secteur agricole. À cet égard, d’autres acteurs (tels que le secteur privé et les groupements d’intérêts) sont impliqués, par des forums de dialogue, en vue de meilleures conditions cadres des chaînes de valeur. 
  • La structuration des filières : le programme appuie et promeut la coopération entre les acteurs et leur organisation au sein de coopératives, de clusters agroalimentaires et de forums de dialogue dans les chaînes de valeur sélectionnées. 
  • La qualification des prestataires de services et des acteurs dans les chaînes de valeur : il s’agit ici prioritairement de la consolidation des résultats d’approches éprouvées par un transfert (mise à l’échelle). L’objectif est d’améliorer les compétences entrepreneuriales et techniques des producteur·rice·s, des groupes de transformation et des prestataires de services.
Battage du soja plusieurs femmes

Résultats

Au cours de la coopération internationale, les résultats suivants ont été obtenus :

  • Le projet « ProAgri3 » a largement pris part à l’élaboration de plusieurs documents de stratégie consacrés au développement du secteur agricole et donné d’importantes impulsions, par exemple pour une prise en compte plus forte du secteur privé et de ses acteurs.
  • Plus de 20 000 producteur·rice·s et environ 15 000 transformateur·rice·s de produits agricoles ont été formé·e·s aux techniques de production et de transformation ainsi qu’au thème de l’entrepreneuriat.
  • Plus de 400 groupements paysans ont été accompagnés lors de leur développement organisationnel et de leur transformation en coopératives. Plus de 130 coopératives ont été officiellement enregistrées. Le nombre d’adhérents des organisations faîtières soutenues a augmenté de 55 pour cent et dépassé les 7500.
  • 362 coopératives et groupements paysans ont pu améliorer leur production, transformation et commercialisation de produits agricoles grâce à la négociation de crédits de plus de 1,2 million d’euros.
  • 88 exploitations agricoles ont été formées à la production de semences de soja et de riz et ont produit en tout 160 tonnes de semences assorties d’un contrôle de qualité. 
  • La productivité du soja a augmenté de 20 pour cent et atteint un niveau de rendement d’environ 1000 kg à l’hectare.

AUTRE LANGUe