Réseaux de recherche qui soutiennent la santé

Description succincte du projet

Designation : Réseaux de recherche pour les innovations en matière de santé en Afrique subsaharienne
Commettant : Ministère fédéral de l’Éducation et de la Recherche (BMBF)
Pays : Afrique du Sud, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Éthiopie, Gambie, Ghana, Malawi, Mozambique, Ouganda, RD Congo, Rwanda, Tanzanie, Zambie
Durée totale : 2016 à 2022

Gruppenfoto_HealthAfrica_Dar_2017

Situation initiale    

La santé en Afrique est en pleine évolution. Les défis anciens liés à la pauvreté continuent certes à exister, mais de nouveaux viennent s’y ajouter. Tandis qu’une partie importante de la population dans de nombreux pays souffrent toujours de la faim et la malnutrition, des maladies transmissibles telles que le VIH/sida, la malaria, la tuberculose ou la fièvre Ebola peuvent se répandre plus rapidement que jamais en raison du commerce global, de la migration et du tourisme. Les maladies tropicales négligées (Neglected Tropical Diseases, NTDs), c’est-à-dire les maladies qui surviennent en grande partie dans les pays ou groupes de population les moins nantis, sont toujours très fortement répandues en Afrique. Par ailleurs, les maladies non transmissibles telles que le diabète, les infarctus et les maladies cardiovasculaires y sont en progression. Dans le cadre du programme-cadre de recherche médicale relevant de la « stratégie Afrique » du ministère fédéral de l’Éducation et de la Recherche (BMBF) et de la stratégie « Maladies négligées et liées à la pauvreté », le gouvernement fédéral s’est engagé à renforcer son implication dans le domaine de la recherche pour la santé mondiale. L’accent régional est particulièrement mis sur l’Afrique.

Objectif

L’initiative intitulée « Réseaux de recherche pour les innovations en matière de santé en Afrique subsaharienne » a intensifié la coopération entre les chercheur·euse·s allemand·e·s et africain·e·s. Les réseaux améliorent la recherche sur les problèmes sanitaires actuels dans les pays partenaires africains et contribuent à l’amélioration de la formation universitaire et des capacités administratives des instituts de recherche.

Approche

Le projet est mis en œuvre en collaboration étroite avec le porteur de projets du Centre aérospatial allemand (DLR-PT). L’initiative se concentre sur le financement des activités de recherche. À cet égard, l’accompagnement des partenaires allemands est assuré par DLR-PT, la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH accompagnant quant à elle les partenaires africains. Le renforcement des capacités scientifiques et institutionnelles est garanti par l’apport d’un large soutien technique continu et d’un soutien juridico-commercial aux 26 bénéficiaires africains. Ces activités de soutien sont réalisées dans le cadre d’ateliers, de webinaires et d’entretiens d’analyse.

Résultats

Le projet développe les performances de réseautage transnational des scientifiques, renforce les capacités institutionnelles des organismes et encourage la transposition en politique des résultats de recherche. Des améliorations ont déjà pu être obtenues dans le domaine de la gestion des subventions, grâce à deux mesures de formation continue de grande ampleur réalisées par la GIZ. Environ 30 partenaires ont participé à chacune de ces mesures. En outre, dix réunions par réseau de recherche et des visites d’échange des 38 doctorant·e·s et des 33 étudiant·e·s en master financé·e·s par le projet ont permis de développer le travail en réseau des différentes institutions.