La formation interentreprises avec le secteur privé crée des perspectives pour la jeunesse tunisienne

Description succincte du projet

Designation: Formation interentreprises avec le secteur privé en Tunisie
Commettant: Ministère fédéral de la coopération économique et du développement (BMZ)
Pays: Tunisie
Organisme de tutelle: Ministère de la Formation professionnelle et de l’Emploi (MFPE)
Durée totale: de 2019 à 2022

Situation initiale

La Tunisie continue de faire face à d'importants défis sociaux et économiques. L'économie se développe lentement et le taux de chômage officiel est en moyenne d'environ 15 % tous sexes confondus et de 23 % pour les femmes. Il reste donc à un niveau presque aussi élevé que celui précédant le début de la révolution.

Le développement de la formation professionnelle en Tunisie représente une opportunité de stimuler l'économie. Le système actuel fait face à plusieurs défis : la formation est très scolaire; les aspects pratiques sont plutôt rares dans les écoles, malgré des initiatives exemplaires, comme dans le secteur du textile, et ils ont eu jusqu'à présent trop peu d'impact. Ainsi, après leur formation, les jeunes professionnel·le·s ne disposent pas des compétences nécessaires pour le marché du travail, car très souvent, la formation ne répond pas aux besoins du marché.

Actuellement, les entreprises ne sont quasiment pas impliquées comme lieu d’apprentissage professionnel et les incitations pour les encourager à s’engager financièrement et sur le plan du contenu dans la formation professionnelle, sont rares.

Cependant, les institutions politiques, économiques et administratives ont reconnu que la formation professionnelle devait être modernisée et ont pris les premières mesures dans ce sens. Fin 2013, une réforme de la formation professionnelle a été décidée, mais jusqu'à présent, elle est en retard par rapport au calendrier qu'elle s'est elle-même imposé.

Objectif

L'employabilité des jeunes tunisiens dans certains secteurs professionnels s'est améliorée.

Approche

En coopération avec le secteur privé, le projet développe des cursus de formation technique dans les secteurs du textile, de la plasturgie et du tourisme, adaptés aux besoins de l'industrie. Les programmes des écoles professionnelles publiques sont élaborés en étroite collaboration avec les comités de formation professionnelle, ce qui contribue à une meilleure mise en réseau avec les entreprises des régions.

Les entreprises tunisiennes nécessitant du personnel qualifié sont les intermédiaires centraux du projet qui s'adresse aux secteurs à fort potentiel de création d'emploi. Par exemple, le secteur du textile tunisien, avec environ 1 880 entreprises en activité et employant près de 200 000 personnes au total, avait 10 000 postes à pourvoir en 2018 seulement.

Il faut encourager les entreprises en Tunisie à s'impliquer davantage dans la formation professionnelle et à exprimer les besoins du marché du travail de manière plus claire. Les entreprises ne pourront assurer leur fonctionnement à long terme, que si elles adoptent un rôle de premier plan dans la gestion et la conception des cursus de formation.

Ainsi, elles ont l’opportunité de couvrir leurs besoins en main d’œuvre qualifiée et la probabilité qu'elles embauchent les apprenti·e·s à l'issue de leur formation augmente. En outre, le projet soutient durablement la formation professionnelle coopérative dans le système public. À long terme, le niveau de formation plus élevé permettra au secteur privé d’améliorer de nombreuses prestations de services. Des modèles de formation continue sont également prévus pour développer les capacités et les connaissances des employé·e·s des organismes publics de formation professionnelle.

autre langue

Téléchargement