Appui à la prévention des pandémies dans la région de la CEDEAO

Description succincte du projet

Designation : (Programme régional) Appui à la prévention des pandémies dans la région de la CEDEAO
Commettant : Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ), avec un cofinancement de l’Union européenne (UE)
Pays : Région de la CEDEAO, l’accent étant mis sur la Guinée, le Libéria, la Sierra Leone et le Togo, ainsi que sur le Nigéria et le Ghana pour l’extension du système numérisé de surveillance et de gestion des épidémies, SORMAS ; bureaux du programme à Abuja au Nigéria et à Bobo-Dioulasso au Burkina Faso
Organisme de tutelle : Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)
Durée totale: 2016 á 2021

SORMAS_Pic-1 (002)

Situation initiale

Le système de santé dans la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et dans ses États membres doit être amélioré. C’est ce que montre l’épidémie de maladie à virus Ebola de 2014 et les apparitions ou réapparitions récentes de flambées  de maladies telles que la dengue, la fièvre de Lassa, la fièvre jaune, la variole du singe et le choléra. La préparation globale aux situations d’urgence et les stratégies de sûreté dans le contrôle des maladies sont très limitées. En outre, la communication relative aux risques sanitaires dans les régions et dans les États membres de la CEDEAO est insuffisante. Un défi important à relever est la  de communication et de coordination inefficace entre la Commission de la CEDEAO, l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS), les agences spécialisées comme le Centre Régional de Surveillance et de Contrôle des Maladies  et le Centre Régional de Santé Animale, l’ensemble des institutions nationales  pour le contrôle et la prévention des épidémies, ainsi que les partenaires.

Objectif

La population de la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) est mieux protégée contre les épidémies. 

Approche

Le projet s’est donné pour objectif d’améliorer l’assistance consultative auprès des pays membres de la CEDEAO afin que la Commission de la CEDEAO, l’OOAS et des agences spécialisées puissent mettre en place une sélection de mécanismes de lutte contre les épidémies. Ces mécanismes sont axés sur les capacités clés fixées par le règlement sanitaire international (RSI) établi par l’OMS et qui doivent obligatoirement être atteintes par les pays. L’efficacité des systèmes de santé dans le domaine du contrôle des épidémies peut ainsi être améliorée. L’apparition de flambées  de maladies et des épidémies peut être contrôlée de manière plus globale, rapide et efficace. 

Le projet centre ses efforts, d’une part, sur une communication sensible au genre en matière de risques, ainsi que sur une communication et une coordination améliorée entre les institutions. Il met également l’accent sur un renforcement des ressources humaines pour le contrôle des maladies dans les régions et au niveau national en Sierra Leone, au Libéria, en Guinée et au Togo. D’autre part, le système numérisé de surveillance et de gestion des épidémies, SORMAS, sera étendu sur le territoire du Nigéria et introduit au Ghana. 

Le projet a pu être élargi grâce à un cofinancement de l’Union européenne. La mise en œuvre est appuyée par des coopérations avec la GFA Consulting Group, le Helmholtz-Zentrum für Infektionsforschung (HZI – Centre Helmholtz pour la recherche sur les infections), ainsi que par des consultants. 

Résultats

Le projet a accompagné avec succès le processus de mise au point de stratégies régionales de communication sur les risques, ainsi que de communication et coordination interinstitutionnelle en matière de contrôle des épidémies. Ces stratégies ont été vérifiées du point de vue technique par les 15 États membres de la CEDEAO. Le projet apporte actuellement son soutien à la mise au point de procédures opérationnelles standard (POS) pour la communication sur les risques et l’échange d’informations dans les situations d’urgence sanitaire entre des institutions nationales et régionales. Les POS sont testées par des situations de crise ou des exercices de simulation. 

Par ailleurs, un manuel de procédures pour l’équipe régionale d’intervention rapide (ERIR) de la CEDEAO a été rédigé et testé. Le projet élabore de plus des mesures de soutien adaptées au contexte national pour le renforcement des institutions nationales de coordination en Guinée, au Libéria, en Sierra Leone et au Togo. En collaboration avec des consultants du GFA Consulting Group, des technologies d’information et communication (TIC) innovantes ont été mises en œuvre. Une plateforme virtuelle régionale pour la centralisation de la communication spécifique de la CEDEAO en matière de risques a été  mise en place. Des concours de conception de logiciels (hackathons) ont été organisés en Sierra Leone, au Libéria, en Guinée et au Nigéria. Les équipes gagnantes mettent au point des solutions de TIC modernes pour relever les défis en matière de communication sur les risques. Dans le cadre de l’extension du système numérisé de surveillance et de gestion des épidémies, SORMAS, plus que 400  zones de gouvernement local sur 774 ont déjà  été atteintes. Au Ghana, cet instrument est actuellement testé dans le cadre d’un projet pilote.