La police mauritanienne travaille de manière professionnelle et transparente, en respectant l’État de droit.

Description succincte du projet

Designation : Programme pour la création et le renforcement des unités de police de plusieurs pays d’Afrique - Composante Mauritanie
Commettant : Ministère fédéral allemand des Affaires étrangères
Pays : Mauritanie
Organisme de tutelle : La Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN)
Durée totale : 2019 à 2022

Bild1_Dr Souleimane Mohamed

Situation initiale

Depuis 2009, la GIZ promeut des processus de réforme de la police en Afrique sur commande du ministère fédéral allemand des Affaires étrangères. Le programme y met actuellement en œuvre onze composantes bilatérales ou régionales. Les pays et régions partenaires sélectionnés se caractérisent tous par une fragilité des structures étatiques dont les manifestations varient selon le contexte.

Après une période d’instabilité prolongée, la situation politique se consolide en Mauritanie. La passation de pouvoir pacifique, en juin 2019, témoigne d’un élan pour des changement structurels dans le pays. Toutefois, la présence de groupes terroristes tels qu’Al-Qaïda au Maghreb islamique a détérioré la situation sécuritaire dans la région et il ne peut pas être exclu que l’instabilité s’étende également à la Mauritanie. Etant un État très jeune, ses unités de police ne disposent pas encore des capacités suffisantes pour assurer la sécurité de la population tout en respectant systématiquement l’État de droit et les principes des droits humains. Dans bon nombre de commissariats, des structures organisationnelles suffisamment claires et des processus transparents font défaut, ce qui empêche les forces de l’ordre d’accomplir efficacement leurs tâches vis-à-vis des citoyen·ne·s. Du fait de déficiences en gestion des ressources humaines, les commissariats ne disposent pas tous de personnel qualifié dans des domaines clés tels que la police technique et scientifique et les applications informatiques. 

Objectif

La police mauritanienne contribue à la stabilité nationale et régionale en travaillant de manière professionnelle, transparente et dans le respect de l’État de droit, et elle est perçue par la population comme étant à même d’assurer sa protection.

Bild4_Mariem M'Beirick

Approche

Le projet appuie la police à mener des enquêtes et de suivre des procédures pénales dans le respect de l’État de droit. Il déploie à cet effet des instruments qui renforcent l’efficacité et la transparence dans les commissariats de police, dont notamment un système de main courante informatisé, et appuie la pérennisation des mécanismes de contrôle interne et de discipline en vue de sanctionner les infractions des agents dans l’exercice de leurs fonctions. 

Une base de données numérisées permet la collecte systématique d’informations sur la carrière et la formation continue des policiers et policières, de sorte que leur affectation par les responsables des ressources humaines puisse être effectuée de manière plus ciblée.

Pour renforcer la police technique et scientifique, le projet soutient la gestion de cette unité en améliorant son organisation interne, en développant ses compétences techniques, en réalisant des actions de formation continue et en améliorant la coordination avec la police judiciaire et la justice.

En assurant des formations en matière de protection juvénile et de droit pénal des mineurs, le projet accroît la capacité de la police à encadrer les jeunes délinquants et les mineurs victimes d’actes criminels en conformité avec les standards et standards nationaux et internationaux. Des mesures de rénovation et d’équipement des brigades des mineurs complètent ces initiatives.

Bild2_Tchernou Dame

Dernière mise à jour: décembre 2020

AUTRE LANGUE

TÉLÉCHARGEMENT