Promotion des droits humains et dialogue sur les droits humains

Brève description du projet

Désignation : Promotion des droits humains et dialogue sur les droits humains en Mauritanie
Commettant : Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays : Mauritanie
Organisme de tutelle : Ministre de l’Économie et des Finances (MEF)
Durée totale : de 2015 à 2020

Une participante interprète une caricature lors d’une caravane de sensibilisation sur les violences conjugales dans les régions de l’Assaba et le Gorgol

Situation initiale

La Mauritanie a ratifié les principaux traités africains sur les droits humains ainsi que les neufs grands traités des Nations unies sur ces droits. Le pays fait en outre des efforts remarquables pour ancrer les engagements internationaux dans sa législation et dans ses stratégies et politiques nationales.

La coopération germano-mauritanienne soutient les efforts que mènent les acteurs publics et de la société civile afin de réaliser ces droits garantis. Pour ce faire, il faut promouvoir la tolérance et la cohésion sociale par une éducation aux droits humains, améliorer les capacités des institutions importantes de protection des droits humains et renforcer le dialogue public sur les droits humains.

Un parajuriste est sollicité par une cliente de sa communauté.

Objectif

Les conditions pour la réalisation des droits humains sont améliorées.

Approche

Le projet porte sur quatre champs d’action complémentaires :

  1. En coopération avec ses organisations partenaires, le projet entend informer la population mauritanienne, plus particulièrement les femmes et les jeunes résidant en milieu rural, sur ses droits humains. L’objectif est d’informer et d’éduquer les citoyens pour qu’ils revendiquent davantage le respect, la protection et la garantie de leurs droits. À cet effet, le projet conseille certains acteurs publics et non publics dans l’élaboration, l’exécution et l’évaluation d’actions de sensibilisation adaptées au plan culturel.
  2. Les compétences des acteurs publics pertinents et de certaines organisations de la société civile sont renforcées. Par exemple, le projet fournit un conseil technique et organisationnel qui permet à la Commission nationale des droits de l’homme de Mauritanie de mieux exercer son mandat. En outre, il organise des forums de dialogue réunissant des acteurs de la société civile, des autorités religieuses et des responsables politiques. L’objectif est d’élaborer ensemble des stratégies permettant de réagir aux défis actuels en matière de droits humains.
  3. Le projet renforce le rôle des médias et encourage le débat public sur les droits humains. Ce faisant, il soutient notamment la création de formats de médias innovants et objectifs, afin d’épauler les journalistes dans leur travail d'information et dans leur engagement en faveur des droits humains. Un autre accent particulier est mis sur la coopération avec les adolescents. Des ressources journalistiques sont mises à leur disposition pour leur permettre, à eux et aux autres jeunes, de se faire entendre dans les médias, la société et les milieux politiques.
  4. Des membres reconnus dans leur commune sont formés comme parajuristes afin d’améliorer l’accès à l’assistance juridique en milieu rural. En cas de violations des droits humains, ces parajuristes peuvent conseiller les citoyens qui ont besoin d’assistance, mener des procédures extra-judiciaires ou orienter vers les autorités judiciaires. La coordination est prise en charge par la société civile à travers un centre d’assistance juridique. Cette approche est complémentaire à l’éducation aux droits humains ; elle permet de sensibiliser la population au droit moderne et à la jurisprudence et améliore l’accès à la justice.

Le projet fait partie de l’initiative spéciale du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) pour la stabilisation et le développement en Afrique du Nord et au Proche-Orient. Les divers projets de ladite initiative spéciale contribuent à créer des perspectives sociales et économiques pour les habitants de la région. Dans ce cadre, plus de 300 millions d’euros supplémentaires ont été rendus disponibles à ce jour aussi bien pour les projets de la GIZ que pour d’autres agences d’exécution, et ce, pour une période allant de 2014 à 2021. Les thèmes visés sont la promotion des jeunes et de l’emploi, la stabilisation économique, la démocratisation ainsi que la stabilisation des pays voisins se trouvant dans une situation de crise.

Un jeune journaliste citoyen enregistre une interview sur la cohésion sociale à Kiffa dans la région de l’Assaba