Réussir au Sénégal

Description succincte du projet

Désignation: Réussir au Sénégal
Commettant: Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Cofinancé par: Gouvernement de Bavière
Pays: Sénégal
Organisme de tutelle: Ministère du Pétrole et des Énergies
Durée totale: De 2017 à 2021

gizIMAGE-senegal-erfolgreich-01

Situation initiale

Le Sénégal est un pays jeune qui dispose d’un potentiel considérable. En effet, 80 % de la population sénégalaise est âgée de moins de 35 ans. Les énergies renouvelables ouvrent de nouvelles possibilités de développement économique pour ce pays d’Afrique de l’Ouest où la durée d’ensoleillement avoisine les 2 000 heures par an. Le réseau électrique ne dessert que 40 % environ des zones rurales et la promotion des solutions énergétiques solaires dans les campagnes est donc l’une des clés donnant accès à de nouvelles options économiques.

La scène dynamique des startups et l’économie créative connaissent également un essor récent. Une croissance économique continue et les investissements réalisés dans des zones économiques spéciales font de l’agglomération de Dakar en particulier un centre régional en plein essor.

Toutefois, les jeunes manquent encore de perspectives professionnelles, notamment dans les zones rurales où seuls 20 % ont un emploi en CDI. Le secteur informel constitue la seule et unique source de revenu pour nombre d’entre eux. À l’heure actuelle, les succès enregistrés sur le plan économique sont menacés par la pandémie de coronavirus. De nombreux jeunes issus des régions rurales quittent leur terre natale pour chercher fortune dans les centres urbains ou à l’étranger.

Objectif

Les 15-35 ans et les migrant·e·s de retour disposent de nouvelles perspectives d’avenir et de développement au Sénégal.

gizIMAGE-senegal-formation-tambacounda-02

Approche

Les énergies renouvelables permettent d’ouvrir de nouvelles possibilités d’emploi dans les secteurs de l’agriculture, de l’artisanat et des services tout en favorisant les créations d’activité et la génération de revenus supérieurs. Le projet aide les jeunes à élaborer des modèles d’affaires viables sur le long terme et leur offre des opportunités d’échange. Cette démarche renforce également leur estime de soi. 

Les programmes d’apprentissage et les formations facilitent une insertion rapide dans le monde du travail. Les sociétés de conseil GFA et RENAC intervenant pour le compte de ce projet aident les centres de formation, les écoles techniques et professionnelles et les chambres de commerce et des métiers à mettre en œuvre des mesures de formation professionnelle dans l’optique d’élaborer des profils professionnels attractifs. Les alliances nouées avec des entreprises sélectionnées encouragent le développement économique. Mené en coopération avec la société allemande Gauff dans le cadre d’un partenariat de développement, le projet met en œuvre des programmes de formation pour technicien·ne·s solaires contribuant à l’électrification de 300 villages ruraux.

Le programme intervient dans tout le Sénégal via cinq antennes. La collaboration avec des partenaires locaux issus de l’administration, de la société civile et du secteur privé permet au projet de toucher directement les jeunes et les migrant·e·s de retour au Sénégal. À Dakar, le projet a mis sur pied le « Teranga Hub », à la fois espace de coworking et incubateur d’entreprises. Les institutions similaires d’autres organisations sont soutenues par le projet dans les régions du pays. Un cofinancement apporté par la Bavière crée des perspectives dans la région de Thiès où le « Centre Bavarois – Réussir au Sénégal » joue le rôle de structure d’accueil et de centre de manifestations et de formation continue.

Grâce aux coopérations avec l’économie créative, les entreprises sénégalaises opérant dans les domaines de la mode, de l’art et de la musique ont accès à de nouveaux marchés. Ces coopérations renforcent en outre la sensibilisation aux perspectives d’avenir dans le pays. En collaboration avec les partenaires locaux, le programme développe de nouveaux canaux de communication et des formats de dialogue qui permettent à des « champions locaux » de présenter leurs modèles d’activité synonymes de réussite.

Dans les régions de Kédougou, Kolda et Tambacounda, le projet participe à la lutte contre le paludisme par la distribution de moustiquaires imprégnées tout en mettant en œuvre des mesures de sensibilisation des populations via le réseau des postes de santé.

Résultats

Le projet a encouragé plus de 22 200 opportunités de lancement jusqu’au mois de janvier 2021 :

  • 7 249 jeunes et migrant·e·s de retour ont participé à des actions de qualification destinées aux créateur·rice·s d’entreprises. Ils·elles ont appris à établir des budgets, à rédiger des plans d’affaires et se sont initié·e·s aux notions de base d’un marketing efficace.
  • 10 351 participant·e·s ont recouru aux mesures de formation continue et de qualification, notamment dans les domaines du recyclage, de la boulangerie artisanale et de la réparation de téléphones portables.
  • 1 099 très petites, petites et moyennes entreprises ont bénéficié de mesures d’insertion sur le marché du travail.
  • 3 089 jeunes sont parvenus à trouver un emploi en CDI après avoir participé aux formations 
  • initiales et continues.

Dernière mise à jour : janvier 2021

AUTRE LANGUE

TÉLÉCHARGEMENT

autres informations