Des institutions fortes pour des réformes réussies en Tunisie

Description succincte du projet

Designation : Renforcement des capacités de réforme des institutions tunisiennes (RECAP)
Commettant : Ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ)
Pays : Tunisie
Organisme de tutelle : Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Appui à l’Investissement (MEFAI) / ministère du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale (MDiCI), Banque centrale de Tunisie (BCT)
Durée totale :  De 2020 à 2023

Situation initiale

Depuis la révolution de 2011, la Tunisie mène un ambitieux programme de réformes démocratiques et économiques. L’Allemagne lui apporte son soutien avec le partenariat de réforme germano-tunisien. Les réformes concernent en premier lieu le système bancaire et financier, de même que la modernisation de l’administration. 

Un objectif du partenariat de réforme est de garantir aux très petites, petites et moyennes entreprises (TPE-PME) un meilleur accès au crédit et aux services financiers en vue de favoriser la croissance. Les réformes doivent également améliorer le climat d’investissement en Tunisie en réduisant les obstacles bureaucratiques. L’équilibre des finances publiques figure aussi parmi les objectifs de réforme de l’administration tunisienne.

Pour que les réformes réussissent, il faut disposer de compétences institutionnelles et personnelles suffisantes. Or, les institutions tunisiennes doivent encore en acquérir un certain nombre, raison pour laquelle de nombreux processus de réforme sont actuellement bloqués. C’est notamment le cas pour des acteurs clés tels que le ministère du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale (MDiCI), la Banque centrale de Tunisie (BCT) et l’instance tunisienne de l’investissement TIA.

Les partenariats de réforme entre l’Allemagne et une sélection de pays africains font partie du Pacte avec l’Afrique (CwA), initiative lancée par le groupe des 20 principaux pays industrialisés et émergents (G20) sous l’égide de l’Allemagne en 2017. L’objectif du CwA est de promouvoir les investissements privés en Afrique. Dans le même temps, les partenariats de réforme sont un élément clé du plan Marshall avec l’Afrique.

Objectif

Les institutions tunisiennes sont mieux à même de mettre en œuvre les réformes prévues dans le cadre du partenariat de réforme germano-tunisien.

Approche

Pour former les compétences nécessaires à la mise en œuvre des réformes, le projet a défini des mesures concrètes avec les institutions impliquées : 

Le MDiCI est soutenu dans la mise en place et l’utilisation d’un système numérique de gestion des informations. Cela permet d’améliorer la coordination des partenaires de la coopération internationale. En outre, les collaborateur·rice·s bénéficient de mesures de formation continue en termes de gestion de projet et de conduite de négociations. 

Afin de permettre à l’instance tunisienne de l’investissement (TIA) et à d’autres agences de mieux accompagner les projets d’investissement, le projet développe des services numériques pour les entreprises intéressées. En parallèle, des formations continues sont dispensées aux employé·e·s en matière de promotion et de soutien des investissements. 

Le projet contribue à la mise en œuvre du plan stratégique de la Banque centrale (BCT). À cette fin, il améliore les structures des départements et numérise les processus internes de la Banque. Par ailleurs, il met en place une gestion anticipative des ressources humaines et renforce la communication interne et externe. 

Un fonds consultatif flexible soutient une sélection d’autres institutions qui font partie du partenariat de réforme germano-tunisien. L’accent est mis sur un soutien sur mesure pour lancer des réformes pertinentes. 

Résultats

Une feuille de route a été élaborée avec le MDiCI afin d’améliorer la coordination des bailleurs de fonds. Elle comporte des mesures de développement des compétences et un nouvel outil informatique.

Le projet a créé avec l’instance tunisienne de l’investissement (TIA) une plate-forme centrale pour les investisseurs dont le développement se poursuit. Les six premiers services numériques dédiés aux investisseurs ont été mis en ligne en 2019. Dans le cadre de mesures de conseil et de formation, les collaborateur·rice·s de la TIA ont acquis des connaissances supplémentaires les aidant à identifier les investisseurs potentiels, à s’adresser à eux et à évaluer les projets d’investissement. 

Ces différentes mesures ont aidé la TIA à accompagner 91 demandes d’investissement au total en 2019 et 2020. Leur volume total équivalait à environ 1,5 milliard d’euros et prévoit la création de plus de 27 000 emplois.

En vue de mettre en œuvre le plan stratégique de la Banque centrale (BCT), le projet a développé des instructions sur la gestion de projet sous forme de manuels et de vidéos. Suite à l’analyse de l’organisation du personnel, un organigramme temporaire a été établi avec la BCT. Dans le domaine de la communication, la première Corporate Identity de la BCT a été développée et une formation aux médias au profit des cadres a débuté. 

Dernière mise à jour: Avril 2020

AUTRE LANGUE

AUTRES INFORMATIONS