Promouvoir la culture et la cohésion sociale

Description succincte du projet

Designation: Donko ni Maaya – prévention de crise et renforcement de la cohésion sociale à travers la promotion du secteur de la culture au Mali
Commettant: Ministère fédéral des Affaires étrangères (AA)
Pays: Mali
Organisme de tutelle: Ministère de la Culture du Mali
Durée totale: 2018 à 2021

giz2019-mali-krisenpraevention-1

Situation initiale

En 2012, la République du Mali a sombré dans une grave crise politique et sécuritaire. Cette situation était due à un putsch militaire et à une alliance entre rebelles séparatistes et groupes terroristes islamistes. Après la reconquête du nord du Mali avec l’aide d’interventions militaires internationales et le déploiement d'une mission des Nations unies (MINUSMA), le pays a repris la voie de la démocratie avec la tenue d’élections en 2013. Néanmoins, la situation sécuritaire s’est aggravée depuis dans de nombreuses régions, du fait de la recrudescence des attaques terroristes et des conflits inter-ethniques.

L’islam plutôt modéré qui caractérisait traditionnellement le Mali tend à être supplanté sur tout le territoire par l’influence croissante de l’islamisme radical. Celui-ci menace la cohésion séculaire de la société malienne et, au niveau culturel, la liberté d’expression.  Le conflit qui perdure, la faiblesse de l'État et la propagation de forces extrémistes qui récupèrent la culture à leurs propres fins et la détournent pour en faire un moyen d’expression identitaire, offrent un terreau fertile à l’extrémisme violent. Les jeunes, en particulier, sont menacés.  On observe néanmoins dans la capitale l’émergence de sous-cultures urbaines, telles que le rap, le hip-hop, le slam et la danse moderne. Internet a joué un rôle central dans leur diffusion. Une culture des jeunes spécifique au Mali, qui se développe de manière autonome sur la base de traditions tolérantes et caractérisées par la joie de vivre, offre aux jeunes une alternative contribuant à contrecarrer la propagation des idéologies extrémistes, tout en favorisant la participation politique. 

Objectif

Des alternatives aux prises de position extrémistes sont offertes à la jeunesse. En tant qu’ « acteurs du changement » (innovateurs) et à travers certaines formes d’expression culturelle, les jeunes jouent un rôle à la fois positif et actif dans la lutte contre l’extrémisme, la participation politique, le renforcement de la cohésion sociale, et donc la prévention des crises.

giz2019-mali-krisenpraevetion-2

Approche

Le projet renforce la cohésion sociale et offre des perspectives à la jeunesse. Il favorise la (sous-) culture urbaine en aidant une sélection de centres culturels et de quartiers à améliorer leurs offres culturelles, tant en qualité qu’en quantité,. Outre l’appui-conseil qu’il apporte à la professionnalisation du travail des centres culturels, le projet veille avant tout à ce qu’une offre culturelle spécifique soit mise à la disposition des jeunes.

Par ailleurs, le projet contribue à mieux faire connaitre les initiatives culturelles. Les acteurs culturels bénéficient d'un appui pour améliorer leurs productions dans différents domaines – arts urbains, musique, danse moderne, théâtre, art, création de vidéos pour YouTube, réalisation de films – et pour exploiter les canaux existants en vue d’une diffusion à l’échelle nationale. 

Grâce à des formations, le projet donne également aux autorités telles que le ministère de la Culture les moyens de mieux exercer leur rôle dans le domaine culturel. Pour renforcer la cohésion sociale, le projet améliore la coopération entre les communes, d'une part, et les acteurs du secteur culturel et les jeunes d’autre part ; il favorise ainsi la participation démocratique dans le cadre de l’élaboration de politiques locales. 

giz2019-mali-krisenpraevention-3

Résultats

  • Le ministre malien de la Jeunesse, Amadou Koita, et le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, ont inauguré conjointement l’événement de lancement du projet. Tout en favorisant les échanges entre acteurs bien établis de la scène culturelle malienne, cette manifestation a offert à de jeunes talents l’opportunité de monter sur scène. Cet événement a également ouvert la voie à de nouvelles coopérations entre acteurs culturels, comme par exemple entre le groupe féminin de slam Maralinké et un producteur de musique et de vidéo. Ils ont élaboré ensemble un slam sur le thème de la cohésion sociale. 
  • Le duo de rap allemand Zweierpasch, distingué par le prix Adenauer-de Gaulle, a animé lors du Fest Hip Hop Rapou Dôgô Kûn un atelier sur la responsabilité sociale des rappeur·euse·s. Dans ce cadre, le duo a partagé ses expériences avec 150 jeunes artistes malien·ne·s. Quelque 10 000 personnes ont participé à ce festival, qui promeut le rap conscient. Le projet a invité Zweierpasch au Mali et soutenu cet événement, aussi bien dans la réalisation de l'atelier qu’au niveau de la stratégie de communication.  
     

AUTRE LANGUE