Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi

Description succincte du projet

Désignation : Stratégie de croissance accélérée et de promotion de l’emploi in Togo
Commettant : Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays : Togo
Organisme de tutelle : Ministère de la Planification, du Développement et de l’Aménagement du territoire (MPDAT)
Durée totale : 2014 à 2016

Togo. Monsieur Sania Salou est consultant de la GIZ pour l’action mise en oeuvre au Ministère du Plan. © GIZ

Situation initiale

Malgré plusieurs réformes et une légère hausse de la croissance économique ces dernières années, les conditions de vie de la population togolaise restent précaires. Avec un taux de 62%, ce sont près de deux tiers des habitants de ce pays d’Afrique de l’Ouest qui vivent sous le seuil de pauvreté. Un tiers des 15 à 25 ans sont sans emploi. Les perspectives professionnelles sont réparties de façon inégale. Ainsi le développement du pays ne progresse que lentement.

Afin d’améliorer cette situation, le gouvernement du pays poursuit depuis 2013 une Stratégie nationale de croissance accélérée et de promotion de l’emploi (SCAPE). D’ici à 2017 il entend promouvoir en premier lieu les secteurs économiques à forte croissance ainsi qu’améliorer la gouvernance et les infrastructures. Parallèlement, il veut augmenter les offres de formations et le taux d’emploi ainsi qu’exploiter les ressource naturelles de manière plus pérenne.

Dès 2010, le gouvernement du Togo avait mis en place un comité de pilotage comprenant des comités nationaux, sectoriels, régionaux et locaux. Son but est de veiller à ce que toutes les activités de développement sur l’ensemble du territoire soient interconnectées et à ce que tous les acteurs concernés coopèrent dans une dynamique de partenariat et dans le respect de la législation sur la décentralisation et la déconcentration.

Afin que les progrès puissent être contrôlés régulièrement, la GIZ appuie avec son projet pilote le gouvernement togolais et les responsables nationaux de la planification du développement à mettre en place un système participatif de suivi-évaluation de la stratégie (SCAPE) dans les régions Centrale et Maritime.

Objectif

Les partenaires ont expérimenté la mise en place d’un système participatif de suivi-évaluation. Les premiers résultats ont été intégrés dans le programme de décentralisation ProDeG.

Approche

La GIZ appuie l’unité nationale responsable du suivi et de l’évaluation de la stratégie de croissance, qui est rattachée au Ministère togolais de la Planification. Un expert régional, économiste, conseille les collaborateurs de cette unité dans l’adoption d’une approche participative pour le suivi de la stratégie de croissance. Pour ce faire, le conseiller coopère étroitement avec les comités des régions cibles Centrale et Maritime. Il encourage la communication entre tous les acteurs impliqués dans la planification du développement, les conseille en matière de processus organisationnels et leur transmet le savoir-faire technique nécessaire à l’observation des résultats de la SCAPE. Il appuie en outre les institutions concernées dans la mise en place d’un système de communication, tant entre les niveaux nationaux et sectoriels qu’au sein même des régions, préfectures et communes.

Résultat

Au mois d’août 2014, 65 représentantes et représentants de préfectures, d‘administrations communales et d’organisations de la société civile ont élaboré des instructions concrètes pour favoriser une bonne collaboration avec les organes de pilotage nationaux. Pour une co-élaboration effective d’un système de suivi participatif ils ont identifié les points suivants: informations fiables, sécurité en matière de planification, efficacité des instruments, mise en place de groupes de travail et d’une stratégie de communication.

Ces hommes et femmes opérant au niveau décentralisé (acteurs) ont élaboré en plusieurs groupes de travail une stratégie de communication et un plan d’action pour un suivi participatif pour les régions Centrale et Maritime.

Au niveau national, les ministères en charge de la décentralisation, de l’environnement, du développement communautaire, de la promotion de l’emploi et de la formation professionnelle ont bénéficié d’un appui technique pour la mise en place de leur système de suivi.

Togo. Promouvoir une activité rentable : dans une formation de la GIZ, des femmes apprennent comment transformer l’ananas pour fabriquer des produits à base de jus. © GIZ

Les interlocuteurs compétents au sein de ces ministères ont été formés à la rédaction de rapports réguliers de suivi et de performance. Ils se sont de plus perfectionnés dans l’application concrète de l’approche participative et des instruments et méthodes y afférentes.

Des besoins supplémentaires de conseil en suivi participatif ont été identifiés dans onze ministères sectoriels, qui devraient être appuyés par la GIZ à l’avenir.

Autres informations