Projet agro-pastoral intégré des régions de Gao et Ménaka, Mali (PAI-GM)

Description succincte du projet

Designation: Projet agro-pastoral intégré des régions de Gao et Ménaka, Mali
Commettant: Ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays: Mali
Organisme de tutelle: Ministère de l’Agriculture
Durée totale: De 2019 à 2023

1. Demonstration einer Reihensaat in Arhabou, Gemeinde Gounzoureye, Kreis Gao

Situation initiale

La campagne de récolte 2018-2019 a été marquée au Mali par un déficit alarmant de la production agricole dû à plusieurs causes : mauvaise répartition des précipitations dans le temps et dans l’espace, invasions de chenilles et de sauterelles, dégâts occasionnés par les oiseaux granivores et inondations dues aux crues du Niger entraînant d’énormes pertes pour des milliers de ménages.

Il vient s’y ajouter une résurgence des conflits d’utilisation des terres entre agriculteurs sédentaires et bergers nomades. Les raisons en sont diverses, trois facteurs surtout étant prépondérants : le changement climatique et l’extension des terres cultivées et de l’habitat de même que la forte croissance démographique ont eu pour effet de réduire les pâturages ; en outre, les itinéraires traditionnels de transhumance des bergers semi-nomades ont été coupés.

La situation précaire de l’approvisionnement de la population, notamment dans les régions du nord du Mali, les déficits de la production agricole et les conflits liés à l’utilisation des terres constituent un énorme défi, tant pour les ménages d’agriculteur·rice·s sédentaires que pour les berger·ère·s nomades. La multiplication des événements climatiques extrêmes aggrave la situation.
 

Objectif

La résilience des ménages pastoraux et agro-pastoraux aux crises socio-économiques dans des zones sélectionnées des régions de Gao et de Ménaka est renforcée.

2. Pikieren von Zwieben in Tondibi, Gemeinde Taboye, Kreis Bourem

Approche

Le projet s’appuie sur des structures partenaires existantes ainsi que sur des projets de développement passés et actuels menés dans le nord du Mali. La planification et la réalisation communes d’activités renforcent les capacités et les ressources de l’État et des partenaires issus de la société civile.

Le projet contribue à la reconstruction d’une infrastructure productive fondamentale. Au premier plan figurent des mesures qui stabilisent et améliorent les moyens d’existence dans l’élevage et l’agriculture. Le projet renforce par ailleurs les compétences de l’État et de la société civile nécessaires à la fourniture des services de base. Des prestations de transfert temporaires améliorent en outre l’approvisionnement alimentaire et contribuent ainsi à la sécurité alimentaire de la population.

Le projet s’articule en quatre champs d’action :

Amélioration du système de production dans l’élevage :

Des puits profonds de haute qualité améliorent le système de production dans l’élevage et favorisent la capacité d’adaptation des propriétaires de bétail.

Amélioration du système de production dans l’agriculture agro-pastorale :

Les étangs et les lacs saisonniers sont mis à profit comme sources d’eau pour l’agriculture et l’élevage. Des groupes de femmes reçoivent en outre une formation à l’amélioration de la conservation, de la transformation et de la commercialisation de produits agricoles sélectionnés. La formation englobe aussi la planification de l’activité économique et les bases de la comptabilité.

Renforcement des mécanismes locaux de promotion de la cohésion sociale et de prévention et de gestion des conflits liés aux ressources et :

Le projet identifie des acteur·rice·s locaux·ales et des mécanismes existants qui renforcent la cohésion sociale et servent à la prévention et à la gestion de conflits violents liés aux ressources. Les mécanismes pertinents et les compétences des acteur·rice·s sont renforcés par la formation, le conseil et l’accompagnement.

Construction d’un filet de sécurité sociale local sensible aux crises :

Les groupes cibles reçoivent de cette manière un soutien rapide en cas de crise aiguë. Ils peuvent ainsi éviter des pertes constituant pour eux une menace existentielle.

3. Zwiebelernte unter Frauen in Forgo Sourhai, Gemeinde Sony Ali Ber, Kreis Gao

autre langue

autres informations