Madagascar drapeau
Madagascar carte

 

  • INFRASTRUCTURE DURABLE
  • DÉVELOPPEMENT RURAL
  • GOUVERNANCE ET DÉMOCRATIE
  • ENVIRONNEMENT ET CHANGEMENT CLIMATIQUE

Madagascar (français)

GIZ sur place

Personnel recruté sur le plan national : 327
Employés internationaux : 35
Agents de développement : 17
Spécialistes intégrés : 3

(Dernière mise à jour : 31 décembre 2020)

La Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH intervient à Madagascar pour le compte du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) depuis 1982 et y a pour autre commettant l’Union européenne. Son bureau dans le pays se trouve à Antananarivo depuis plus de trente-cinq ans.

Quatrième plus grande île au monde, Madagascar abrite une faune et une flore uniques et dispose de sols fertiles et de nombreuses matières premières. 

La « Grande Île » fait pourtant partie des pays les plus pauvres de la planète. Sa population devrait doubler au cours des trente prochaines années pour atteindre 50 millions d’habitants, aggravant encore la pression sur les ressources naturelles et les difficultés de bonne gouvernance. En effet, les institutions démocratiques et la société civile sont encore peu développées à Madagascar.

Actuellement, seuls 15 % de la population malgache ont accès à l’électricité et ce taux n’est même que de 6 % dans les régions rurales où vivent plus des deux tiers de la population.

La GIZ concentre actuellement son action à Madagascar sur les domaines suivants :

  • Environnement, biodiversité et ressources naturelles
  • Adaptation de l’agriculture aux conséquences du changement climatique et sécurité alimentaire
  • Énergies renouvelables et approvisionnement en énergie

La GIZ aide le gouvernement malgache et de nombreuses communes à protéger les forêts. À cet effet, les riverains apprennent à exploiter les aires protégées et les forêts de manière respectueuse afin de disposer d’une source durable de revenus. Ces mesures ont jusqu’à présent bénéficié à plus d’un million de personnes. En outre, plus de 5 000 km² d'aires protégées jouissent d'une meilleure protection.

Par ailleurs, la GIZ fournit une assistance-conseil destinée à permettre à Madagascar de renforcer les filières en adaptant mieux la production agricole et la transformation aux contraintes du changement climatique. Cette approche s’appuie sur des données météorologiques, des assurances contre les risques climatiques et le développement du numérique. Enfin, le projet vise à mieux orienter l’agriculture sur les marchés internationaux, augmenter les rendements et ainsi améliorer la situation de la population. À cet effet, la GIZ coopère étroitement avec le secteur privé dans ce domaine. Des coopérations avec des entreprises améliorent ainsi la commercialisation de la vanille et d’autres épices de valeur.

Afin d’augmenter le taux d’électrification du pays, la GIZ aide le gouvernement malgache et le secteur privé à améliorer les conditions encadrant les investissements publics et privés. Madagascar s’est doté d’une nouvelle politique énergétique et d’une loi sur l’électricité, synonymes de sécurité juridique pour les entreprises privées souhaitant investir dans les énergies renouvelables.

La GIZ intervient en outre dans la décentralisation et le développement communal, une thématique transversale où elle met l’accent sur la promotion de la bonne gouvernance des communes, leur rôle de prestataire et l’amélioration de leur dotation financière.

Autres informations

Projets et programmes

Développement rural

Infrastructure durable

Gouvernance et démocratie

Environnement et changement climatique

Forests4Future : donner un avenir aux forêts

Description succincte du projet

Designation : Programme mondial « Restauration des paysages forestiers et bonne gouvernance dans le secteur forestier » (Forests4Future)
Commettant : Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays : Allemagne, Éthiopie, Madagascar, Togo, Côte d’Ivoire, Laos
Durée totale : 2020 à 2023

tree nursery and kitchen garden in adamaoua-cameroun

Situation initiale    

Près d’un tiers de la surface terrestre est recouverte de forêts. Elles ont une valeur inestimable : environ 80 % des espèces animales et végétales connues vivant hors des océans habitent les forêts. Dans le même temps, la forêt représente le moyen de subsistance d’une personne sur cinq.

Pourtant, plus de 7,6 millions d’hectares de forêts disparaissent chaque année, en grande partie dans les régions tropicales et subtropicales, pour l’expansion des surfaces agricoles. La disparition du couvert forestier entraîne la perte d’un important réservoir de carbone et, de plus, leur destruction libère des gaz à effet de serre nuisibles au climat.

La protection des forêts constitue une mesure majeure dans le combat contre le changement climatique : la régénération naturelle, le reboisement, ainsi que les mesures d’agroforesterie, combinant culture et arbres, peuvent durablement retenir le carbone. La protection contre l’érosion et l’amélioration de la disponibilité de l’eau contribuent par ailleurs considérablement à l’adaptation au changement climatique.

À l’échelle internationale, il existe une multitude d’accords portant sur la protection, l’exploitation durable et la restauration des forêts. La « New York Declaration on Forests » (NYDC) (Déclaration de New York sur les forêts), adoptée en 2014, en fait partie. Elle a pour objectif de mettre un terme définitif à la déforestation. En outre, elle projette la restauration de forêts et de paysages boisés sur une superficie de 350 millions d’hectares à l’horizon 2030. En ce sens, elle rejoint les objectifs du Défi de Bonn, un autre objectif mondial pour la restauration des paysages forestiers.

Jusqu’à présent, ces objectifs ambitieux en faveur de la protection des forêts n’ont pas été suffisamment concrétisés. Si les pays partenaires font preuve de volonté politique, la faiblesse des structures gouvernementales dans le secteur forestier et le manque de coordination des mesures individuelles freinent la réalisation des objectifs.

Objectif

La mise en œuvre de la restauration des forêts et des paysages forestiers productifs s’accroit en Éthiopie, à Madagascar et au Togo. La gouvernance dans le secteur forestier s’améliore. En coopération avec la Côte d’Ivoire et le Laos, le processus de l’Union européenne concernant l’application des réglementations forestières, la gouvernance et les échanges commerciaux a considérablement avancé.

Timber truck in Bolikhamxay province - Sebastian Koch 2013

Approche

Pour le compte du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) et en étroite concertation avec celui-ci, le projet Forests4Future poursuit différents champs d’action.

Il conseille le ministère fédéral dans les domaines de la restauration des paysages forestiers (RPF) et du règlement sur l’application des réglementations forestières, la gouvernance et les échanges commerciaux (Forest Law Enforcement, Governance and Trade - FLEGT). De plus, le projet apporte un soutien conceptuel à l’Initiative pour la restauration des paysages forestiers africains (AFR 100), dont il accompagne le pilotage. Forests4Future se penche sur les questions en rapport avec le Défi de Bonn et d’autres initiatives internationales en lien avec la RPF. Il accompagne en outre les processus européens et internationaux visant à améliorer la gouvernance dans le secteur forestier, notamment le FLEGT. Il contribue de manière significative à la réalisation des objectifs nationaux de RPF dans une sélection de pays partenaires.

Il est prévu de réaliser des mesures de reboisement correspondant à une surface de 2 000 hectares en Éthiopie, à Madagascar et au Togo. De telles mesures améliorent la biomasse et réduisent l’érosion, ce qui a des effets positifs sur la biodiversité et la disponibilité de l’eau.

En outre, il prévoit d’augmenter les revenus tirés de l’exploitation des forêts et des paysages forestiers productifs de 10 % en moyenne pour 1 700 ménages dans les régions concernées. Les femmes et les jeunes doivent bénéficier d’un soutien particulier dans ce sens.

deforestation in Ban Khangkao Houameuang district - Sebastian Koch 2014c

AUTRE LANGUE

Promotion de partenariats commerciaux euro-africains pour la protection de la biodiversité Adaptation de l’agriculture au changement climatique Protection et utilisation durable des ressources naturelles

Économie et emploi

Évaluation de projet