Maroc drapeau
  • SÉCURITÉ, RECONSTRUCTION ET PAIX
  • INFRASTRUCTURE DURABLE
  • GOUVERNANCE ET DÉMOCRATIE
  • ENVIRONNEMENT ET CHANGEMENT CLIMATIQUE
  • ÉCONOMIE ET EMPLOI

 

Maroc (français)

La GIZ opère au Maroc depuis 1975 pour le compte du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du développement (BMZ). Elle intervient également dans des proportions croissantes dans ce pays pour le compte d’autres commettants, tels que le ministère fédéral de l’Environnement, de la Protection de la Nature et de la Sûreté nucléaire (BMU), le ministère fédéral des Affaires étrangères (AA), le ministère fédéral de l’Économie et de l’Énergie (BMWE), l’Union européenne et des entreprises marocaines. La GIZ a un Bureau à Rabat depuis 1999.À l’heure actuelle, 228 collaboratrices et collaborateurs nationaux et 44 collaboratrices et collaborateurs internationaux, un expert intégré opèrent dans le pays (situation au 31/12/2018).

Dans le contexte des développements récents survenus dans la région MENA, le Maroc est resté stable jusqu’à ce jour. Néanmoins, un quart environ de la population, principalement en milieu rural, vit dans la pauvreté. Il existe d’énormes disparités entre zones rurales et urbaines en termes de développement. Un lourd déficit budgétaire, un fort taux de chômage et le manque de qualification professionnelle continuent de poser de sérieux problèmes. De surcroît, l’eau est rare et les changements climatiques menacent les bases d’existence de la population. La mise en application de lois portant entre autres sur les énergies renouvelables ou sur la protection de l’environnement et des ressources naturelles constitue un défi important tout en générant de nouvelles chances pour un développement économique durable.

Développement économique durable
Le Maroc est confronté au défi de créer des activités génératrices de revenus et d’emplois sur une grande échelle. Agissant pour le compte du gouvernement fédéral allemand, la GIZ aide le Maroc à promouvoir la création et la préservation d’emplois, en particulier en soutenant les très petites, petites et moyennes entreprises de même que l’emploi des jeunes.

Utilisation et gestion des ressources en eau
La quantité moyenne d’eau disponible au Maroc est inférieure aux normes minimales internationalement reconnues, et est sujette à des fluctuations extrêmes dans l’espace et dans le temps. La GIZ aide les institutions en charge de la gestion de l’eau à optimiser leurs compétences pour une exploitation intégrée des ressources en eau au Maroc.

Énergies renouvelables et efficience énergétique
À l’heure actuelle, le Maroc dépend à raison de 95 % d’importations d’énergies fossiles, mais détient d’importants potentiels dans le domaine des énergies renouvelables. Dans le but de permettre une meilleure mobilisation de ces potentiels, la GIZ prête appui au Maroc par ordre et pour compte du gouvernement fédéral allemand en vue de l’introduction d’un modèle de développement garantissant une production et un approvisionnement énergétiques durables.

Environnement et changement climatique
Un aspect essentiel pour le futur développement du Maroc est de savoir dans quelle mesure le pays réussira à réduire les atteintes à l’environnement et à préserver les ressources naturelles disponibles de telle sorte qu’elles puissent continuer à être durablement exploitées. Pour ce faire, la GIZ accompagne les partenaires marocains dans le processus d’adoption d’un modèle de développement permettant de minimiser les impacts négatifs pour le climat et l’environnement et de prendre des mesures préventives face au changement climatique.

Bonne gouvernance
Depuis la nouvelle Constitution marocaine entrée en vigueur en 2011, les institutions de l’État doivent satisfaire à des exisgences accrues en matière de bonne gouvernance. La bonne gouvernance est un thème transversal des programmes de la GIZ au Maroc. Par ailleurs, la GIZ prête appui aux partenaires marocains sur différents thèmes tels que l’égalité entre les sexes, les droits humains, la décentralisation et l’amélioration du dialogue citoyen.

Santé
Les services de santé apportés à la population marocaine présentent de nombreux points faibles. Pour le compte de la Banque européenne d’Investissement, la GIZ soutient le ministère marocain de la Santé pour la planification et la réalisation de projets d’assainissement et de construction de 17 hôpitaux dans tout le pays.
La formation continue des experts partenaires est un élément essentiel des prestations offertes par la GIZ. En outre, les participants à ces programmes ont de nombreuses possibilités de se mettre en réseau au plan régional et de profiter ainsi mutuellement des contacts et expériences de chacun.

autre langue

Projets et programmes

Développment rural

Sécurité, reconstruction et paix

Infrastructure durable

Intégration optimisée des énergies renouvelables dans le système électrique

Description succincte du projet

Désignation : Intégration optimisée des énergies renouvelables dans le système électrique marocain (INTOPER)
Commettant : Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Pays : Maroc
Partenaire : Office national de l’Électricité et de l’Eau potable (ONEE)
Organisme de tutelle : Ministère de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement (MEME)
Durée totale : 2020 à 2023

Situation initiale

Depuis le lancement, en 2009, de sa stratégie de développement des énergies renouvelables, le Maroc s’est positionné comme leader régional dans ce domaine, se fixant pour l’horizon 2030 un objectif d’au moins 52 % de la production d’électricité provenant des énergies renouvelables (ER). Dans ce contexte, d’ambitieux projets énergétiques ont déjà vu le jour dès la fin 2019, à l’instar du complexe solaire NOOR de Ouarzazate. 

Parallèlement à ces grands projets, ce processus doit mettre l’accent sur de petites installations de production décentralisée, qui gagnent en popularité avec la libéralisation croissante du marché de l’électricité. Néanmoins, les ressources renouvelables étant soumises à d’importantes fluctuations, la montée en puissance des sources d’énergie décentralisées pourrait induire des incertitudes supplémentaires dans l’approvisionnement en électricité.

L’intégration des énergies renouvelables implique des exigences particulières pour le réseau électrique, qui reste tributaire des sources de production d’électricité traditionnelles pour pouvoir assurer un approvisionnement fiable. En vue d’un approvisionnement en électricité respectueux du climat, la planification du réseau électrique doit donc être optimisée et adaptée aux exigences techniques.

Le producteur national d’électricité, qui est aussi le gestionnaire du réseau, est un acteur central de la transition énergétique marocaine : l’ONEE a intégré au réseau plusieurs grands projets d’énergies renouvelables, tout en prenant les mesures nécessaires pour améliorer le réseau électrique afin d’y injecter l’électricité produite à partir de ressources renouvelables.

Objectif

La structure marocaine de mise en œuvre du projet développe des solutions en mobilisant les compétences indispensables à une intégration ciblée des énergies renouvelables.

Approche

Le projet s’engage dans les domaines d’action suivants :

Une adaptation des instruments et processus de gestion du réseau 
Le projet dresse un inventaire des procédures, instruments et méthodes actuels de gestion du réseau, afin d’identifier les adaptations nécessaires pour assurer une meilleure intégration des ER. L’expérience ainsi acquise sera partagée avec les gestionnaires de réseaux de distribution communaux et privés.

Une orientation de l’infrastructure pour intégrer les ressources renouvelables
L’office national de l’Électricité et de l’Eau potable (ONEE) et le ministère de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement (MEME) ont déjà mis en place des instruments de planification du réseau électrique visant à augmenter la part des énergies renouvelables. Ces instruments, à l’instar des méthodes appliquées, doivent faire l’objet d’un diagnostic en vue d’ajustements. Ensuite, le projet offrira un appui-conseil aux acteurs concernés afin d’élaborer une feuille de route en vue d’augmenter la part des ER. Sur cette base, l’opérateur électrique national pourra développer un schéma directeur pour l’optimisation du réseau et l’implantation de centrales de production d’énergie.

Offrir des services-système pour la flexibilité et la stabilité du réseau
Un approvisionnement sûr et fiable en énergie nécessite des services-système nouveaux ou adaptés. L’opérateur électrique national a déjà réalisé les mesures nécessaires pour optimiser la stabilité et la flexibilité du réseau. Sur cette base, le projet vient en appui à l’opérateur pour introduire de nouveaux modèles de services-système, tels que des solutions de stockage ou une réserve de réglage primaire et secondaire, afin de compenser les variations de fréquence. L’objectif est de définir les conditions permettant de réaliser les différentes options technologiques et économiques envisagées. 

L’intégration de technologies innovantes
Pour que les gestionnaires de réseau puissent gérer au mieux les mutations nécessaires, ils doivent bénéficier de mesures de formation aux toutes dernières innovations permettant d’intégrer une plus grande part d’ER. À cet effet, le projet développe un programme de sensibilisation et d’échange et met en place un réseau d’innovation. Un projet de recherche pilote mené conjointement peut, en outre, approfondir les échanges de connaissances entre diverses institutions allemandes et marocaines.

autre langue

Gouvernance et démocratie

Environnement et changement climatique

Économie et emploi

Téléchargements

Évaluation de projet